La parisienne Raphaëlle Remy-Leleu, 27 ans, est tête de liste Europe Ecologie les Verts pour Paris Centre sur la liste conduite par David Belliard. Militante, elle a mené des combats syndicaux, féministes et progressistes. Nous avons partagé un café avec elle dans le Marais, au Barricou.

Votre principale critique à l’égard de l’équipe sortante ?
Certaines choses ne sont pas allées assez vite, d’autres pas assez loin sur les questions écologiques ; d’autres encore ne sont pas très cohérentes.

Se proclamer écologiste dans une ville comme Paris, qui doit s’adapter à son futur, n’est pas cohérent avec tous les grands projets non concertés engagés par la mairie, comme le réaménagement de la gare du Nord [transformée en centre commercial], la tour Triangle dans le 15e ou encore la ZAC Bercy Charenton et ses six tours.

Dans la majorité sortante, à laquelle nous participions, trop de choses ne nous semblaient pas raccord, entre les mots et les actes. Or le temps presse. Il y a urgence face au dérèglement climatique. Nous avons besoin d’agir vite pour faire face à ce qui va nous arriver dans les dix, quinze prochaines années.

Quelles sont les réussites de la municipalité sortante ?
Le plan vélo, parce qu’il fallait réinventer la mobilité dans Paris, désengorger l’espace public et réduire la pollution. La piste cyclable à double sens de la rue de Rivoli est une réussite. Cependant, le plan vélo n’a été réalisé qu’à 50%. Il faut accélérer, en s’en tenant aux engagements pris.

Vos propositions phares pour Paris Centre ?
Il faut stopper l’augmentation des loyers. Nous sommes prêts à les bloquer. Paris-Centre doit redevenir vivable pour les personnes qui y habitent. En cinq ans, la cherté des loyers a poussé 60.000 personnes hors de Paris.

Airbnb, qui est dans une stratégie de prédation, tout particulièrement sur Paris-Centre, pose un gros problème. Ce système cause des nuisances (à commencer par les chassés-croisés des valises à roulettes), provoque la hausse des tarifs immobiliers et finalement prive les familles, les personnes seules et les étudiants d’accès aux logements. Impossible désormais de trouver un studio à moins de 1 600€ par mois !

A cause d’Airbnb, nombre d’immeubles sont sous-peuplés. Savez-vous que le recordman parisien des locations Airbnb a 637 logements en location ?
Ecologie-Paris ne veut pas interdire Airbnb – d’ailleurs la ville n’a pas compétence pour le faire. En revanche, nous voulons imposer des limites, des garde-fous et faire en sorte de ne pas dépasser un nombre de 45 nuitées par an. Nous voulons aussi renforcer les moyens de contrôle. Seulement une trentaine d’agents de la Ville de Paris sont actuellement dédiés au contrôle des Airbnb. C’est insuffisant.

Au sujet de la piétonisation, nous voulons la développer mais de manière concertée, notamment avec les commerçants.

De plus, il est indispensable de favoriser l’implantation de commerces de proximité dans Paris Centre, de maintenir ceux qui existent et d’aider à leur développement. Cela passe, par exemple, par la préemption de locaux commerciaux, comme cela se fait déjà. L’un des rôles de la mairie consiste à préserver l’âme de Paris.

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Anaïs Costet

13.01.20

LES DERNIERS ÉVÈNEMENTS DANS LE MARAIS

Arnaud Beltrame : une polémique inutile, née dans le Marais

Arnaud Beltrame : une polémique inutile, née dans le Marais

Alors que la mairie de Paris a choisi de baptiser du nom d’Arnaud Beltrame l’ancienne caserne de gendarmerie des Minimes, sise rue des Minimes, à deux pas de la place des Vosges, la twittosphère, les radios périphériques et les chaînes d’info continue se sont emballées pour pas grand-chose.

La Nuit Blanche 2020

La Nuit Blanche 2020

la Nuit Blanche 2020 s’offre le tour de Paris le 3 octobre 2020 de 18h à 2h du matin, heure du dernier métro et cette annonce met en joie les amateurs d’art in-situ. D’autant que cette 19ème édition se veut « ciselée et délicate » selon les mots de Christophe Girard, créateur de cet évènement phare et désormais ex-adjoint…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Les nouveaux nomades du travail 2.0

Les nouveaux nomades du travail 2.0

La crise sanitaire a transformé nos styles de vie : nous n’occupons plus nos lieux de travail ni nos espaces à vivre comme avant. En quelques jours et sur de nombreux mois maintenant, des milliers d’entreprises ont mis en place des mesures inédites comme le télétravail généralisé, qui aujourd’hui est presque devenu la nouvelle norme…

« Gramme » cantine-épicerie qui fait du lien !

« Gramme » cantine-épicerie qui fait du lien !

Petit par la taille mais grand par le cœur. Depuis le confinement, Gramme, mini néo-cantine de la rue des Archives a su se réinventer en proposant ses recettes maison en version « take-out ». Pas étonnant que dès l’annonce du reconfinement, cette équipe d’hédonistes- bio ait remis le couvert à emporter directement depuis son comptoir.

Galerie Sabine Bayasli, l’art à voir et à vivre

Galerie Sabine Bayasli, l’art à voir et à vivre

Sabine Bayasli est galeriste. En 2020 après des années dans sa galerie d’art contemporain du 9eme, cette ardente « défenseure » de la création depuis plus de vingt ans, a installé « ses » artistes dans un espace blanc et silencieux proche du centre Pompidou. Quelques semaines avant le reconfinement elle y proposait un accrochage…

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This