Henri Cartier-Bresson, Hyères, France, 1932, © Fondation Henri Cartier-Bresson/Magnum Photos

Certaines photos d’Henri Cartier-Bresson, très nombreuses, sont des chefs-d’œuvre. D’autres sont seulement géniales. D’autres encore sont juste formidables ou très, très, très intéressantes. Pour sa réouverture, le musée Carnavalet nous gratifie d’une exposition de celui qui est tout simplement le plus grand photographe français. A ne manquer sous aucun prétexte !

Henri Cartier-Bresson, Derrière la Gare St. Lazare, Paris, 1932 © Henri Cartier-Bresson / Magnum Photos

D’une sensibilité extrême, les clichés du maître de « l’instant décisif », disparu voilà exactement quinze ans à l’âge de 95 ans, en août 2004, restent toujours aussi « bluffants ». Consacrée essentiellement à son travail dans la capitale, l’exposition Revoir Paris – qui répond et complète celle dédiée à Eugène Atget, intitulée Voir Paris, également dans le Marais – nous montre ses images le plus connues, comme « l’homme qui saute sur l’eau derrière la gare Saint-Lazare, et nous fait découvrir quantité d’images moins connues, comme ses reportages pour l’hebdomadaire Regards dans les années 1930, les photos de la Libération de Paris, ou encore des instantanés de célébrités, comme celui, formidable, d’Alberto Giacometti se protégeant d’une pluie diluvienne sous son imperméable rue d’Alésia.

Henri Cartier-Bresson, Alberto Giacometti rue d’Alésia, Paris, 1961, © Fondation Henri Cartier-Bresson/Magnum Photos

Dans une vidéo à ne pas manquer (vers la fin de l’expo), Cartier-Bresson explique : « La différence entre une photo extraordinaire et une photo médiocre se joue à quelques centimètres près ».

Celles du génial photojournaliste ont la perfection d’un « géomètre du vif », pour reprendre l’intitulé d’une section de l’exposition, consacrée aux années 1950 et 1960. Cette période est sans doute l’âge d’or de celui qui dût sa première reconnaissance à deux expositions au musée des Arts décoratifs, en 1955 et 1966 où furent notamment exposées ses images de la Seine dont l’une en particulier (la vue de l’île Saint de la Cité depuis le pont des Arts) fait penser à un tableau impressionniste.

L’exposition du musée Carnavalet s’inscrit dans le prolongement des celles du musée des Art déco.

Henri Cartier-Bresson, Ile de la cité, Paris, 1952, © Fondation Henri Cartier-Bresson/Magnum Photos

Parmi la multitude des merveilleuses images de Paris, les vues de la rue de Turenne, d’un terrain vague dans le Marais ou des places de la Bastille et de la République ont évidemment retenu l’attention du Marais Mood !

Henri CartierBresson
Revoir Paris
Musée Carnavalet
jusqu’au 31 octobre 2021
23 Rue de Sévigné, 75003 Paris
Du mardi au dimanche de 10h à 18h
Tel : 01 44 59 58 58

Réservation obligatoire à l’avance sur le site carnavalet.paris.fr 

Texte : Axel G.

16.07.21

DES MUSÉES, IL Y EN A PLEIN ICI

Annie Ernaux, la littérature du réel à la MEP

Annie Ernaux, la littérature du réel à la MEP

L’écrivaine Prix Nobel 2022 s’intéresse depuis longtemps à la photo, notamment dans le texte « l’usage de la photo », récit à quatre mains paru en 2006. A la Maison Européenne de la Photographie, au bord des quais de Seine, fleurit l’expo Extérieurs- Annie Ernaux & la Photographie jusqu’au 26 mai 2024.

L’énigme Weegee, photographe de l’extrême

L’énigme Weegee, photographe de l’extrême

Photojournaliste américain des années 1930-50, célèbre pour ses photos en noir et blanc de la vie nocturne à New York, Weegee prend ce pseudo en clin d’œil à la planche de spitirisme, le Ouija. Car il se proclame « photographe psychique » doté du 3ème œil.

Joann Sfar en vedette au MAHJ

Joann Sfar en vedette au MAHJ

Qui ne connaît pas la bande dessinée « le chat du rabbin » ? Son créateur, Joann Sfar, est né à Nice en 1971. Dans cette rétrospective au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme au cœur du Marais, la première du genre, on verra beaucoup de planches originales présentées en image par le fameux chat.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

14 juillet : où voir la flamme olympique dans le Marais

14 juillet : où voir la flamme olympique dans le Marais

Douze jours avant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques 2024, la flamme olympique traversera Paris de long en large pendant deux journées, n’oubliant aucun arrondissement, les 14 et 15 juillet. Elle arrivera dans le Marais le 14 juillet dans l’après-midi à partir de 16 heures environ et jusqu’à 16h46 précises.

Huîtres et poissons : le P’tit Mousse connaît son métier

Huîtres et poissons : le P’tit Mousse connaît son métier

Pourquoi aller s’enquiquiner jusqu’au Wepler ou à la Coupole, alors qu’il y a le P’tit Mousse ? A la fois bar à huîtres et restaurant de poissons, cette adresse de la rue Rambuteau remplace avantageusement les brasseries parisiennes de la place Clichy et du boulevard Montparnasse.

Maison Bretonne, la Bretagne rue de Rivoli

Maison Bretonne, la Bretagne rue de Rivoli

A deux pas du métro Saint-Paul et quelques encablures du BHV, vient de s’installer un petit bout de Bretagne. A la barre de ce nouveau navire, la cheffe France. Originaire du Finistère, elle tourne des crêpes depuis plus de 20 ans, alors après avoir expérimenté le kiosque à emporter – Food Breizh sur les quais de Seine…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !