©Prince Gyasi, The Last One

Pendant le confinement vous pouvez retrouver les oeuvres de la galerie sur son site internet

Petit à petit, la Nil Gallery se fait une place dans le marché d’art africain contemporain, en plein boum depuis 5 ans. Les artistes émergents de continent noir ne sont pas les seuls à y être représentés. Mais à côté de plasticiens venus d’Asie ou de Pologne, ils tiennent le haut du pavé rue des Coutures-Saint-Gervais, accolée au Musée Picasso.

On admire ici des artistes contemporains figuratifs et pop, souvent originaux et spectaculaires, jamais misérabilistes. La programmation audacieuse de Paul William et Hugo Zeitoun, deux galeristes trentenaires est, au contraire, représentative d’un afro-optimisme réjouissant.

Il en va ainsi du Ghanéen Prince Gyasin qu’en 2018, Vanity Fair a classé parmi la liste des 9 artistes visuels de l’avant-garde à suivre. Apple, de son côté, collabore avec ce jeune homme de 23 ans établi à Accra, qui travaille une palette chromatique vive en aplats monochromes en phase avec notre siècle.

Ses photos « colorblock » réalisées à l’aide d’un iPhone ou un Fuji numérique poussent la saturation au maximum et explorent le nuancier de la peau noire en célébrant leur photogénie. Comme Vassily Kandinsky (1866-1944), Prince Gyasina a la particularité d’être synesthésique : il fait partie de ces rares personnes capables de « visualiser des sons », « écouter des couleurs », et associer des couleurs à des émotions.

©Prince Gyasin, Restoration

©Prince Gyasin, Projection

Autre révélation, l’autodidacte Alimi Adewale, artiste nigérian dont le travail évoque des questions sociales : chômage, jeunesse délaissée, mortalité, liberté d’expression, l’oppression politique. Entre sculpture traditionnelle africaine et art contemporain, les visages minimalistes (18 000 €/la paire) de cet ex-ingénieur questionnent des problématiques au cœur de la société.

Enfin, les tableaux d’Abé Odedina, également du Nigeria, rappellent l’univers complexe et subtil de sa compatriote écrivaine Chimamanda Ngozi Adichie. Axé sur les cultures yorubas, le travail sur bois de cet artiste qui vit entre Londres et Salvador Bahia (Brésil) revisite des thèmes classiques à la frontière des mythologies grecques et yorubas. Ses peintures (à partir de 5000€) font partie de diverses grandes collections internationales, dont la British Government Art Collection ou encore la créatrice de mode (et collectionneuse) Agnès B.

Nil Gallery
14 Rue des Coutures Saint-Gervais, 75003 Paris
Du lundi au vendredi de 13h à 19h30
Tél : 01 44 54 04 07

Texte : Katia Barillot

02.11.20

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Avec l’artiste Malacarne, on plonge dans le Grand Bleu

Avec l’artiste Malacarne, on plonge dans le Grand Bleu

Pourquoi aller à la mer quand on peut la trouver dans le Marais, à la galerie Menouar, rue du Parc-Royal ? Ici, on plonge directement dans le Grand Bleu avec l’œuvre du Malacarne, artiste postimpressionniste du reflet, de la lumière et de l’eau dont le pinceau caresse la surface de la mer.

Susumu Shingu, éloge de la lenteur

Susumu Shingu, éloge de la lenteur

A la galerie Jeanne Bucher Jaeger, espace centenaire au fond d’une cour, se déploie une trentaine de dessins et de sculptures cinétiques, œuvres en mouvement de l’artiste Japonais Susumu Shingu. C’est un courant en vogue dans les années cinquante, emmené par des artistes tels que l’athénien Takis ou le brésilien Soto.

Ethan Murrow et son hymne au végétal

Ethan Murrow et son hymne au végétal

La galerie Les filles du Calvaire, abritée au fond d’une cour, accueille jusqu’au 25 novembre le solo show « Magic Soil », (terre magique) de l’Américain Ethan Murrow. Un ensemble inédit d’une quinzaine de peintures et dessins qui rendent hommage à la nature.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

14 juillet : où voir la flamme olympique dans le Marais

14 juillet : où voir la flamme olympique dans le Marais

Douze jours avant la cérémonie d’ouverture des Jeux olympiques 2024, la flamme olympique traversera Paris de long en large pendant deux journées, n’oubliant aucun arrondissement, les 14 et 15 juillet. Elle arrivera dans le Marais le 14 juillet dans l’après-midi à partir de 16 heures environ et jusqu’à 16h46 précises.

Huîtres et poissons : le P’tit Mousse connaît son métier

Huîtres et poissons : le P’tit Mousse connaît son métier

Pourquoi aller s’enquiquiner jusqu’au Wepler ou à la Coupole, alors qu’il y a le P’tit Mousse ? A la fois bar à huîtres et restaurant de poissons, cette adresse de la rue Rambuteau remplace avantageusement les brasseries parisiennes de la place Clichy et du boulevard Montparnasse.

Maison Bretonne, la Bretagne rue de Rivoli

Maison Bretonne, la Bretagne rue de Rivoli

A deux pas du métro Saint-Paul et quelques encablures du BHV, vient de s’installer un petit bout de Bretagne. A la barre de ce nouveau navire, la cheffe France. Originaire du Finistère, elle tourne des crêpes depuis plus de 20 ans, alors après avoir expérimenté le kiosque à emporter – Food Breizh sur les quais de Seine…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !