Louis-Léopold Boilly (1761-1845), Jean qui rit, vers 1808-1810. Huile sur toile, 21,5 x 17 cm. Collection particulière © Guillaume Benoît.

Petit bijou de musée curieusement méconnu – en un sens, tant mieux pour nous ! – le musée Cognacq-Jay inaugure une exposition stimulante consacrée à l’un des artistes français les plus méconnus du 18e siècle : Louis-Léopold Boilly (1761-1845). Virtuose, prolifique et inclassable, cet autodidacte s’impose à titre posthume comme l’un des meilleurs chroniqueurs du Paris populaire, de ses rues, ses habitants, son effervescence.

Originaire du Nord de la France, Boilly débarque à Paris à l’âge de 24 ans en 1785, avec pour tout bagage ses pinceaux et un talent immense. D’une révolution à l’autre (1789 et 1848), il devient, pendant six décennies, le chroniqueur facétieux, précis et prolifique de la capitale, qui le fascine.

Louis-Léopold Boilly (1761-1845), Deux jeunes amies qui s’embrassent, vers 1789-1793. huile sur toile, 42,5 x 35 cm. Wiltshire, The Ramsbury Foundation © The Ramsbury Manor Foundation

Désintéressé par la grande histoire, il se focalise sur les scènes de la vie ordinaire : l’arrivée d’une diligence de la poste du côté de l’actuelle place des Victoires, la cohue lors d’une distribution gratuite de vin à l’occasion de la fête du roi aux Champs-Élysées, la bousculade devant l’entrée du théâtre de l’Ambigu-Comique [aujourd’hui disparu] sur les Grands Boulevard ou encore des enfants assistant à un spectacle de Guignol.

Louis-Léopold Boilly (1761-1845), Le spectacle ambulant de Polichinelle, 1832. Huile sur toile, 33 x 41 cm. Wiltshire, The Ramsbury Manor Foundation © The Ramsbury Manor Foundation.

Certains tableaux nous parlent directement du Marais ou de ses abords immédiats, comme cette huile de la prison pour femmes de la rue Meslay (3e) ou le théâtre de la porte Saint-Martin (10e). Vagabonds, policiers, portefaix, marchands ambulants, bourgeois, prostituées : toutes les strates de la société sont représentées dans ces images foisonnantes où l’artiste se représente lui-même, à la manière des apparitions d’Alfred Hitchcock dans ses films – on pense bien sûr, aussi, à la BD-jeu britannique Où est passé Charlie ?

Louis-Léopold Boilly (1761-1845), La marche incroyable, vers 1797. Huile sur panneau, 39,3 x 51 cm. Collection particulière © Guillaume Benoît.

Méconnue, originale et passionnante, l’œuvre de Boilly est présentée pour la première fois de manière aussi complète. L’exposition prolonge en quelque sorte le fameux Tableau de Paris de Louis-Sébastien Mercier. Publié en 1788, cet ouvrage bien connu des amoureux de la capitale décrivait lui aussi dans le détail les mœurs et le quotidien des Parisiens. Touche-à-tout génial et caricaturiste formidable, Boilly a aussi largement influencé Honoré Daumier, peintre, sculpteur et caricaturiste né cinquante ans après lui (en 1808).

La conservatrice Annick Lemoine, dont c’est la dernière exposition avant de rejoindre le Petit Palais, termine en beauté ses quatre années à Cognacq-Jay. Et nous laisse en formidable compagnie avec ce sacré numéro que nous ne connaissions pas mais n’oublierons pas de sitôt : Louis-Léopold Boilly.

Boilly, chroniques parisiennes
Musée Cognacq-Jay
jusqu’au 26 juin 2022
8 Rue Elzevir, 75003 Paris

Ouvert tous les jours de 10h à 18h

Louis-Léopold Boilly (1761-1845), Les grimaces, vers 1823. Lithographie, tirage en noir, tirage colorié, 38 x 27,5 cm. Collection particulière © Guillaume Benoît.

Texte : Axel G.

17.02.22

DES MUSÉES, IL Y EN A PLEIN ICI

L’énigme Weegee, photographe de l’extrême

L’énigme Weegee, photographe de l’extrême

Photojournaliste américain des années 1930-50, célèbre pour ses photos en noir et blanc de la vie nocturne à New York, Weegee prend ce pseudo en clin d’œil à la planche de spitirisme, le Ouija. Car il se proclame « photographe psychique » doté du 3ème œil.

Joann Sfar en vedette au MAHJ

Joann Sfar en vedette au MAHJ

Qui ne connaît pas la bande dessinée « le chat du rabbin » ? Son créateur, Joann Sfar, est né à Nice en 1971. Dans cette rétrospective au Musée d’Art et d’Histoire du Judaïsme au cœur du Marais, la première du genre, on verra beaucoup de planches originales présentées en image par le fameux chat.

Salonique, la « Jérusalem des Balkans » renaît au MahJ

Salonique, la « Jérusalem des Balkans » renaît au MahJ

Pour certains, le souvenir des vacances en Grèce n’est pas très loin. Mais pour tous, la possibilité d’y retourner tout de suite nous tend les bras. Le Musée d’art et d’histoire du judaïsme (MahJ) consacre en effet une exposition à Salonique – aujourd’hui appelée Thessalonique – la ville portuaire de la mer Égée…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Jazz au 38Riv : Les temps forts de mars

Jazz au 38Riv : Les temps forts de mars

Unique club de jazz du Marais, le 38Riv est le temple du cool et du swing. Rue de Rivoli, entre Saint-Paul et Hôtel de Ville, ses caves voutées sont le port d’attache de la nouvelle scène jazz. Chaque soir, la magie opère.

Superbao, des burgers asiatiques à Bastille et République

Superbao, des burgers asiatiques à Bastille et République

Connaissez-vous le bao ? Ce petit pain blanc ultra-moelleux et cuit vapeur est un bun d’origine chinoise (mais on en trouve dans toute l’Asie du Sud-Est) traditionnellement garni de viande ou de légumes – ou les deux. Spécialiste du genre, Superbao, à deux pas du Marais (une adresse côté République…

Notre-Dame : le démontage de l’échafaudage a commencé

Notre-Dame : le démontage de l’échafaudage a commencé

Le gigantesque chantier de réparation de la cathédrale Notre-Dame de Paris touche à sa fin. Le démontage de l’échafaudage de la flèche a débuté. Elle est à nouveau visible avec, à son sommet, un coq qui trône en majesté. Dans dix mois, les visiteurs pourront retourner sur les lieux dont la réouverture est prévue…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bienvenue ! Vous êtes inscrits à la newsletter du Marais Mood !