Fondation jésuite, l’église Saint-Louis (aujourd’hui Saint-Paul-Saint-Louis) a été bâtie au XVIIe siècle.

La « Compagnie de Jésus », fondée par saint Ignace de Loyola en 1539, s’installe à Paris au milieu du siècle, du côté de la Montagne-Sainte-Geneviève, puis ici, en 1580.

Au départ, il n’y a guère à cet endroit qu’une « maison-professe » (l’équivalent d’un séminaire pour les membres de la « Compagnie ») et une première chapelle, de dimensions modestes.

Toutefois, l’ordre prenant de l’ampleur, la reconstruction de l’édifice religieux s’impose dès le début du siècle suivant.

Louis XIII offre le terrain, sur l’emplacement de l’ancienne muraille de Philippe-Auguste et pose lui-même la première pierre en 1627.

Sur les plans de Martellange, l’église s’élève peu à peu, copiant, dans son allure, l’église-mère du Gesù à Rome.

Martellange puis Derand, tous deux architectes jésuites, bâtissent en quelques années l’édifice et son imposante façade, tels que nous les admirons encore aujourd’hui.

Église du Gesù à Rome, ©Alessio Damato

Église du Saint-Louis-Saint-Paul à Paris, ©Anaïs Costet

L’inauguration a lieu en 1641 : le jour de l’Ascension, le cardinal de Richelieu y dit la première messe.

Placée sous le patronage de saint Louis, figure tutélaire de la monarchie française, l’église devient aussitôt un lieu très fréquenté : toute l’aristocratie du Marais s’y presse pour écouter les sermons de Bourdaloue ou les pièces musicales jouées aux grandes orgues par Charpentier.

On raconte même que les jours de solennités, il faut faire réserver sa place par ses domestiques dès cinq heures du matin pour être sûr de pouvoir entrer !

La puissance de la « Compagnie de Jésus » s’affirme (rappelons pour mémoire que les rois, d’Henri IV à Louis XV, choisissent leur confesseur chez les Jésuites) ; de fait, la « maison » du Marais s’agrandit (les bâtiments conventuels sont l’actuel lycée Charlemagne) et l’église reçoit, au fil du temps, une décoration somptueuse : sculptures, tableaux, objets d’art, maître-autel – des pièces exceptionnelles dont nous aurons l’occasion de vous entretenir bientôt.

Pour aujourd’hui, nous nous « contenterons » de vous présenter deux œuvres majeures, disparues dans des circonstances rocambolesques : les monuments des cœurs embaumés de Louis XIII et Louis XIV.

Nef de l’église du Saint-Louis-Saint-Paul, ©Anaïs Costet

Respectivement placés à gauche et à droite du chœur, suspendus à la voûte des premières arcades latérales, ces deux monuments sont assez semblables.

Celui de Louis XIII est composé de deux anges en argent et vermeil tenant dans leurs mains une urne en forme de cœur et une couronne. Voulue par Anne d’Autriche, l’œuvre est réalisée par Jacques Sarrazin en 1643.

Pour Louis XIV, c’est Philippe d’Orléans, le « Régent », qui commande au sculpteur Guillaume Ier Coustou la réalisation, en 1730, d’un semblable monument destiné à recueillir le cœur du Roi-Soleil. Là encore, deux anges en argent soutiennent un cœur couronné.

Ces deux pièces magistrales d’orfèvrerie disparaissent hélas sous l’Empire. Fondues, elles servent à réaliser la statue de La Paix par Chaudet, aujourd’hui présentée au musée du Louvre.

La Paix, Antoine-Denis Chaudet, Louvres, ©Paulina Lordméndez

Le sort des cœurs qu’elles renfermaient est en revanche plus complexe et plus effrayant. A l’instar des corps et des cœurs royaux de Saint-Denis ou du Val-de-Grâce, ceux-ci sont extirpés de leur urne sous la Révolution.

L’architecte Petit-Radel qui est chargé de la besogne à Saint-Louis-des-Jésuites est accompagné dans sa mission par deux peintres : Drolling et Saint-Martin.

C’est ce dernier qui, en cachette, et après avoir payé Petit-Radel, s’empare des deux cœurs embaumés à des fins… « artistiques ».

En effet, au XVIIIe siècle, les peintres ont pris l’habitude d’utiliser de la « mummie », une substance originaire d’Orient, obtenue par la macération de fragments organiques momifiés (d’où son nom, dérivé de « momie »), d’herbes, d’alcool etc.

Cette mummie, importée, coûte très cher, si bien que les peintres essaient de la composer eux-mêmes dans leurs ateliers. Il faut dire que la substance, mélangée à l’huile, n’a pas son pareil, dit-on, pour rendre, sur la toile, des bruns profonds extrêmement brillants.

Saint-Martin, en récupérant ces viscères exceptionnels espère donc sans doute obtenir des teintes qui le seront tout autant : dans les mois qui suivent, il en vient donc à trancher le cœur de Louis XIV…

Portrait de François Grenier de Saint-Martin, autoportrait

Mais la Révolution s’achève, l’Empire également, et les Bourbons recouvrent leur couronne avec la Restauration.

Pris de remords semble-t-il, Saint-Martin se rapproche du trône et propose, contre paiement tout de même, de rendre au souverain le cœur à peine « entamé » du Roi-Soleil puis celui de Louis XIII, apparemment intact (les versions divergent sur ce point).

Louis XVIII accepte et, reconnaissant, offre au peintre une tabatière en or pour cette double restitution (les viscères royaux retrouvés prendront plus tard la direction de Saint-Denis).

Pour finir, intéressons-nous un bref instant à Drolling, qui accompagnait Petit-Radel et Saint-Martin à Saint-Louis-des-Jésuites.

S’il n’a semble-t-il, malgré l’amitié qui unissait les deux peintres, jamais utilisé les cœurs de Louis XIII et Louis XIV pour fabriquer sa mummie, il s’est en revanche largement servi au Val-de-Grâce.

Ainsi, si vous voyez un jour l’une de ses toiles dans un musée et que vous vous mettez à admirer les fameux « clairs-obscurs » de ses compositions, songez aussi qu’il y a là-dedans, mêlées à la couleur mais invisibles à l’œil, quelques parcelles des entrailles d’Anne d’Autriche, de Marie-Thérèse, du Régent et de quelques autres encore…

Intérieur d’une cuisine, Martin Drolling, 1815, musée du Louvre, Paris.

Église Saint-Paul-Saint-Louis
99 Rue St. Antoine, 75004 Parisa

 

Texte : Michel Setan – Instagram
Photo de une : ©Anaïs Costet

06.01.20

LES DERNIERS ARTICLES PATRIMOINE

Les rêveries d’un promeneur confiné : de la Perle à Barbette

Les rêveries d’un promeneur confiné : de la Perle à Barbette

Dans la continuité de la rue des Quatre Fils, après le croisement avec la rue Vielle du Temple, se profile la rue de la Perle.Après avoir pris un café au bistro du coin, servi par Eric, Didier, Magid ou Maximus, enfilons donc cette rue de la Perle dont le nom...

Les rêveries d’un promeneur confiné : rue Charlot

Les rêveries d’un promeneur confiné : rue Charlot

A partir de la place de la République, empruntez le boulevard du Temple, prenez la première à droite et voici déjà la rue Charlot, une porte d’entrée dans le Marais parmi d’autres. Rue Charlot : le nom pourrait prêter à sourire mais ce Charlot-là était le sérieux fait...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

T’as ton porte-masque ?

T’as ton porte-masque ?

Cet objet, les maniaques en ont rêvé. Lakange l’a fait ! De quoi s’agit-il ? C’est l’accessoire qui permet d’éviter de mettre son masque en contact avec une surface infectée ! Utile, écologique, durable et bon marché (5 ou 6€ l’unité), cet étui va prolonger la durée...

Marie Bovo retient la nuit

Marie Bovo retient la nuit

La voie de chemin de fer, 07h00, 25 février 2012, ©Marie Bovo, Courtesy the artist and kamel mennour, Paris/London Initialement prévue du 25 février au 17 mai 2020 L’exposition Nocturnes à la Fondation Henry Cartier Bresson présente une sélection inédite d’images...

Le look de Quentin

Le look de Quentin

QUENTIN Manager de restaurant C’est peu dire que Quentin est solaire. Avec ses longues jambes, son sourire généreux et son regard doux il nous a émus. Cette jolie rencontre a eu lieu devant la Mairie du 3eme arrondissement. Il revenait de la campagne et plus...

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

fr_FRFR
en_USEN fr_FRFR

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This