Nuit Blanche 2021, © Anaïs Costet

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500 (et conservé au musée du Prado à Madrid) est à la fois l’un des plus beaux et mystérieux tableaux de l’histoire de l’art.

« J’aime cet évènement itinérant et gratuit qu’il faut réinventer chaque année afin d’investir les rues du Paris, dit l’artiste qui a imaginé un parcours au centre de Paris, sur un chemin allant de l’hôtel de ville, à la Canopée des Halles, en passant par l’Académie du climat et le Théâtre du Châtelet. Cet itinéraire pédestre dure environ 2 heures », précise Kitty Hartl, déjà aux manettes lors de la Nuit blanche 2005.

L’écologie sera au cœur de son « jardin des délices 2022 » qui se présente comme un moment suspendu, féerique et plein de surprises. Après la tempête de l’édition 2021 et l’annulation pour cause de confinement l’année précédente – celle du Covid – il a fort à parier que la Nuit Blanche attirera du monde cette année.

En voici déjà un avant-goût, sous la forme d’un programme.

Clos des Blancs-Manteaux

De 19 à 22h, au clos des Blancs-Manteaux : Concert gratuit et itinérant.

Clos des Blancs-Manteaux
21 Rue des Blancs Manteaux, 75004 Paris

Jardin Nelson Mandela

De 19 à 5h, au jardin Nelson Mandela : Triptyque numérique monumental – Speculum est une interprétation digitale et monumentale du Jardin des délices de Jérôme Bosch à partir d’imagerie 3D, par le collectif SMACK.

Jardin Nelson Mandela
All. Jules Supervielle, 75001 Paris

Théâtre du Châtelet

De 19 à 2h, au théâtre du Châtelet : show burlesque – Le Cabaret New Burlesque réactualise l’art de l’effeuillage en une discipline aussi pétillante qu’engagée. Cinq créatures aux noms évocateurs, « tombées du triptyque de Jérôme Bosch » flirtent avec les interdits mais avec élégance.

Théâtre du Châtelet
2 Rue Edouard Colonne, 75001 Paris

Parvis de l’Hôtel-de-Ville

De 20 à 2h, sur le Parvis de l’Hôtel-de-Ville : installation visuelle et sonore monumentale. Ballet à l’énergie visuelle, par Mariona Benedito et le collectif Cube.BZ . Évocation magnétique du Paris d’antan inspiré par le Velvet underground et les frères Lumières. 

Parvis de l’Hôtel-de-Ville
Parvis de l’hôtel de ville

MAIF Social Club

De 18h à 23h30, le MAIF Social Club propose le Chant des forêts, une exposition – performance qui alerte sur la sixième extinction. Une traversée sensible, visuelle et sonore au cœur des bois. Depuis les racines jusqu’à la canopée, de l’Europe à l’Amérique latine, l’exposition invite à « s’enforester ». 

La compagnie du Singe Debout, elle, nous entraîne dans des performances zoomorphiques et musicales qui montrent la cohabitation des vivants à travers des métamorphoses hybrides de singes espiègles, de varans et d’animaux fantômes. Le spectacle Comme une meute est signé Jade Duviquet et Cyril Casmèze. 

MAIF Social Club
37 Rue de Turenne, 75003 Paris

Maison Victor Hugo

L’artiste Valérie Sonnier dessine un portrait de Victor Hugo qui nous relie à sa vive pratique du spiritisme. Car de la place des Vosges à Hauteville House à Guernesey, l’écrivain « fréquentait » les apparitions fantomatiques.

Au programme un film super 8 réalisé à Paris et à Guernesey, des photographies de fantômes, des dessins de Hauteville House, une table de ouija, des images transparentes dans des cadres anciens prennent place au sein de l’appartement de Victor Hugo. La performance de Valérie Sonnier s’appelle « Tout dit dans l’infini quelque chose à quelqu’un.

Maison Victor Hugo
6 Pl. des Vosges, 75004 Paris

► Musée Cognacq-Jay

De 19h à 23h au musée Cognacq-Jay : Lanterne avec une goutte d’eau. Installation dans le jardin de l’hôtel particulier du musée. Francisco Tropa installe une Lanterne, dont le théâtre d’ombres dit l’écoulement du temps.

En partenariat avec le Musée d’Art Moderne de Paris, la Saison France-Portugal 2022 et le soutien de la galerie Jocelyn Wolff. A voir jusqu’au 23 octobre. 

Musée Cognacq-Jay
8 Rue Elzevir, 75003 Paris

Musée des Arts et Métier

De 19h à 1h au musée des Arts et Métiers : Plein Phares (installation – performance) En avant-première de l’exposition Permis de conduire,

Le musée met les pleins phares sur l’automobile. Les œuvres questionnent notre relation à la voiture, dans son utilité comme dans sa matérialité. Exposition du 18 octobre 2022 au 7 mai 2023. 

Musée des Arts et Métier
60 Rue Réaumur, 75003 Paris

Musée d’art et d’histoire du judaïsme

De 20h à minuit, au musée d’art et d’histoire du judaïsme : « Nous ne serons pas les derniers de notre espèce ». L’artiste vidéaste, Mili Pecherer, imagine une installation audiovisuelle multi-écrans à l’invitation du musée d’art et d’histoire du judaïsme (mahJ) tandis que l’artiste franco-israélienne croise le récit du Déluge avec ses préoccupations sur l’écologie.

Musée d’art et d’histoire du judaïsme
Hôtel de Saint-Aignan, 71 Rue du Temple, 75003 Paris

Salle des fêtes​ de l’hôtel de ville

De 19h à 1h, dans la salle des fêtes​ de l’hôtel de ville : Chant et sculpture de macarons. Chrystabell, chanteuse et muse de David Lynch, reprend son répertoire lynchien, tandis que le chef pâtissier Pierre Hermé réalise une grande sculpture de macarons. A découvrir le jardin couvert de 15000 macarons offerts par le chef pâtissier. Attention : un seul macaron par personne.

Hôtel de ville
Pl. de l’Hôtel de Ville, 75004 Paris

Académie du climat

De 18h30 à 23h, l‘Académie du climat compose une soirée dédiée aux relations festives entre l’art et l’écologie. Au programme, des spectacles, performances, expositions, débats, ateliers, et autres surprises. Pierre Ardouin avec le collectif des designers Architectes Kino propose des sculptures et une installation immersive : Purple Rain. Une ballade rock et nostalgique sous une pluie violette, une pensée tendre bercée de références pop. 

Académie du climat
2 Pl. Baudoyer, 75004 Paris

Place Beaubourg

De 19h à 1h, sur la Place Beaubourg : sculpture de mousse monumentale. Stéphanie Lüning active des couleurs en volume en générant une épaisse mousse qui sort curieusement des bouches d’aérations du Centre Pompidou. L’artiste allemande sculpte la mousse dans l’espace public au fil de ses « Foam Actions », une série d’installations performatives, éphémères et in situ. Ses montages de mousse multicolore se déversent, dévalent la pente et modifient le paysage.

Centre Pompidou  Place Georges Pompidou
Place Georges-Pompidou, 75004 Paris

La Canopée des Halles

De 20h à 2h, à La Canopée des Halles : Défilé de mode, clubbing et performance participative. Maud le Pladec x koché organisent un défilé-guérilla. Static Shot : ballet du Centre Chorégraphique National – CCN Ballet de Lorraine, dirigé par Petter Jacobsson et ses 25 danseurs. Chorégraphie « corps à corps » signée Maud Le Pladec. A ne pas manquer la chorégraphe et danseuse Mounia Nassangar, l’une des leaders, en France, du waaking (danse libre et joyeuse).

La Canopée des Halles
101 Rue Berger, 75002 Paris

Mémorial de la Shoah

De 19h à 2h au Mémorial de la Shoah : Les regards, les esprits (exposition-installation). Pour la première fois depuis sa récente disparition, le Mémorial de la Shoah rend hommage à Christian Boltanski avec deux œuvres puissamment évocatrices et émouvantes à découvrir à l’extérieur et dans la crypte, coeur battant et vivace du Mémorial. Un documentaire retraçant la vie de l’artiste accompagne la présentation. En partenariat avec la galerie Marian Goodman.

Mémorial de la Shoah
17 Rue Geoffroy l’Asnier, 75004 Paris

Place des Vosges

De 20h à 0h30 Sur la place des Vosges : installation visuelle et sonore Le Jardin des Lys, par le plasticien Pierre Delavie qui s’empare d’une ancienne légende parisienne racontant selon laquelle la statue de Louis XIII s’échappe certains soirs pour s’adonner à une promenade au clair de lune. Son image apparaît et disparaît dans les arbres, comme absorbée par une forêt ancienne. Autour du Roi, des sculptures nommées Les Encombres, tout droit sorties d’un tableau de Jérôme Bosch.

Place des Vosges
Pl. des Vosges, 75004 Paris

Bibliothèque Forney

De 19h à 1h, à la Bibliothèque Forney des installations représentent des paysages spectaculaires, fragmentés et éphémères puisque dessinés à la craie sur grands tableaux noirs viennent magnifier la cour de la Bibliothèque Forney. C’est l’occasion pour cette nature transformée par Juliette Somnolet de prendre vie dans la cour de l’Hôtel de Sens qui accueille la Bibliothèque Forney. Tandis que Jack Mc Niven explore les formes en mouvement, les paysages et fait interagir paysage et dessin. 

Bibliothèque Forney
1 Rue du Figuier, 75004 Paris

Mairie de Paris-Centre

De 19h à 2h à la Mairie de Paris-Centre : Photographie et performance. Les Gestes ritualisés à travers le sport qui se fait art sacré.

La lecture performative créée par le groupe SUZANNE dans une scénographie réalisée en collaboration et avec les photographies de l’artiste plasticienne Diane Hymans. Avec FAIX, il s’agit de la mise en lumière de corps performatifs, visuels et discursifs questionnant notre rapport à l’art et au sport. Et si ces corps exposés s’extasient ou souffrent en silence, le lieu qui les accueille résonne des voix des performeur.euse.s qui lisent des retranscriptions de journalistes sportifs.

Mairie de Paris-Centre
2 Rue Eugène Spuller, 75003 Paris

Jardin des Archives nationales

De 20h à 2h, au Jardin des Archives nationales. On replonge dans l’enfance avec un symbole de fête populaire la barbe à papa et la Dodge à papa pareille aux voitures de sport mécaniques des années 60-70 (muscle car) au puissant moteur V8 16 soupapes se nourrit de barbe à papa comme un combustible. Elle reflète ainsi la culture et l’esthétisme américain. Distribution gratuite de barbes à papa (dans la mesure des quantités disponibles).

Jardin des Archives nationales
60 Rue des Francs Bourgeois, 75003 Paris

Texte : Katia Barillot

01.09.22

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

Rue Vieille-du-Temple : le fabuleux chantier redémarre

Rue Vieille-du-Temple : le fabuleux chantier redémarre

Un hôtel de luxe verra le jour à l’issue des travaux. Au rez-de-chaussée, les anciennes écuries et remises à voiture accueilleront le restaurant sur la grande cour, tandis que la première cour, sur la rue Vieille-du-Temple, retrouvera deux commerces dans la continuité de son aménagement au 19e siècle.

Le festival du Marais, une fabuleuse histoire

Le festival du Marais, une fabuleuse histoire

Le Festival du Marais remonte à un temps que les moins de 60 ans ne peuvent pas connaître. Pourtant cet événement artistique de premier plan fut longtemps l’un des rendez-vous culturels les plus courus de la capitale. Pendant un quart de siècle, de 1962 à 1987, ce festival unique en son genre…

La disparition du mythique hôtel Central

La disparition du mythique hôtel Central

Fermé en 2010, le bar Le Central était un des lieux les plus emblématique de la communauté LGBTQ+ de Paris. Situé au 33 rue Vieille du Temple, il a marqué la vie nocturne du Marais durant plus de trente ans. Petit retour sur l’histoire de ce lieu mythique. Durant les années 70, le Marais était un quartier…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Idée cadeaux : à la recherche de Marcel Proust

Idée cadeaux : à la recherche de Marcel Proust

Pour fêter les cent ans de sa disparition, Marcel Proust s’installe chez Maison Fragile, rue de Turenne dans le Marais, sous la forme d’un café éphémère. Jusqu’à Noël, cette petite maison d’édition de porcelaine fondée et tenue par Mary Castel nous invite à découvrir l’écrivain sous l’angle de la gourmandise.

Rue de Bretagne : la brocante, c’est maintenant !

Rue de Bretagne : la brocante, c’est maintenant !

Collectionneurs, chineurs, passionnés, curieux, flâneurs ou encore amateurs de « récup » : on se donne tous rendez-vous du 25 au 27, rue de Bretagne ! La brocante biannuelle du Haut-Marais reprend du service autour de la mairie du 3e, aux abords du Carreau du Temple,...

Galerie Perrotin : Michel-Ange revisité par Tavares Strachan

Galerie Perrotin : Michel-Ange revisité par Tavares Strachan

C’est beau, impressionnant et surtout cela ressemble beaucoup à la pietà de Michel-Ange, celle placée à l’entrée de la basilique Saint-Pierre de Rome. Normal, il s’agit d’une réplique ! Mais à un détail près. Ici, la Vierge Marie douloureuse tient sur ses genoux le corps du Christ descendu de la Croix avant…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !