Horizons, Etel Adnan, galerie Lévy Gorvy Paris, 2021. Photo : Arthus Boutin

C’est un passage que seuls les vrais connaisseurs du Marais fréquentent, et pourtant c’est ici que Dominique Lévy a décidé d’ouvrir sa galerie parisienne.

Associée à Brett Gorvy avec qui elle dirige déjà trois lieux à New-York, Londres et Hongkong, la galeriste de Basquiat, Calder, Koons, Soulages… a voulu inscrire son activité dans ce grand espace, qu’elle souhaite pourtant « intime ».

Un lieu, aménagé par Jean Nouvel et l’architecte Luis Laplace, qui a accueilli jadis les collections d’art de Claude Berri ou de l’entreprise Saint-Gobain, et que le chocolatier Valrhona voulait investir.

Horizons, Etel Adnan, galerie Lévy Gorvy Paris, 2021. Photo : Arthus Bouti

Pourquoi ce choix ?

Parce que depuis le Brexit, Paris et plus particulièrement le Marais réaffirment enfin leur importance dans le marché de l’art contemporain.

Dominique Lévy sait que la fréquentation des galeries par les collectionneurs subit depuis le début de la pandémie une baisse de 70 à 80 % mais qu’en revanche, signe des temps, les Instagrameurs et autres Tik-Tokers envahissent de plus en plus les expos et font la promo des marchands d’art via les réseaux sociaux. D’où l’idée de s’installer dans un quartier très prisé par ces influenceurs.

Ce qui est amusant c’est que cette jeunesse s’est entichée de nonagénaires tels que Günther Uecker, qui a fait l’objet de la première exposition de la galerie Lévy-Gorvy et Etel Adnan qui expose dans ce même lieu depuis le 30 janvier et ce jusqu’au 20 mars.

Horizons, Etel Adnan, galerie Lévy Gorvy Paris, 2021. Photo : Arthus Bouti

Cette nouvelle exposition réunit autour des œuvres de cette poétesse, peintre et philosophe libano-américaine au style proche de celui de Nicolas de Staël, le travail de Simone Fattal, Nancy Haynes, Eugénie Paultre, Ettore Spalletti, Paulo Monteiro, Joan Mitchell, Christine Safa, Ugo Rondinone ou encore Agnès Mart.

De jeunes artistes sélectionné(e)s par Etel Adnan elle-même et dont les œuvres entrent en résonance avec les siennes par leurs chromatismes doux et vibrants.

En deux mots un dépouillement apaisant, loué par la curatrice qui, en véritable reine du minimalisme, a pour devise : “Quand il n’y a pas trop de choses, vous observez encore plus le peu qu’il y a”.

Etel Adnan, Horizons jusqu’au 20 mars 2021
Galerie Lévy Gorvy
4, passage Sainte-Avoye, 75003 Paris
Du mardi au samedi de 10h à 18h
Tel : 01 58 80 82 40

Texte : Katia Barillot

05.03.21

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Adolfo Kaminsky : les rues de Paris en 1950

Adolfo Kaminsky : les rues de Paris en 1950

Résistant et faussaire. L’incroyable destin d’Adolfo Kaminsky et connu depuis que sa fille Sarah, l’a révélé au monde à travers un livre passionnant en 2009, Adolfo Kaminsky, une vie de faussaire (chez Calmann-Lévy). Né en 1925 en Argentine dans une famille juive, ce dernier grandit en Normandie, se passionne…

Derniers jours : Depardon a Glasgow

Derniers jours : Depardon a Glasgow

Il ne reste que quelques jours pour admirer les images de Raymon Depardon prises à Glasgow, en Ecosse, en 1980, et accrochées à la galerie RX dans le Marais à Paris, jusqu’au dimanche 16 janvier. En 1980, le photographe français réalise une commande pour le Sunday Times sur la capitale écossaise.

Jean Dewasne, le « coloriste » de Beaubourg

Jean Dewasne, le « coloriste » de Beaubourg

Tout le monde le connaît mais personne ne le sait. Car sans lui le Centre Georges-Pompidou, ne serait pas bleu, vert et rouge ! L’anecdote vaut le détour : en 1970, Jean Dewasne, qui habite le Marais, rend visite aux architectes Renzo Piano et Richard Rogers, installés boulevard Sébastopol, à Paris.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Notre-Dame 3 ans après

Notre-Dame 3 ans après

Nous recevons dans Mood(ern) Romain Gubert, grand reporter au journal Le Point et auteur de « La nuit de Notre-Dame : Par ceux qui l’ont sauvée » un livre écrit à partir des nombreux témoignages de la Brigade de Sapeurs-pompiers de Paris recueilli très vite après l’incendie. Il va nous parler presque 3 ans après ce terrible incendie…

Cinéma Luminor : programme jusqu’au mardi 25 janvier

Cinéma Luminor : programme jusqu’au mardi 25 janvier

Le Luminor Hôtel de ville est unique en son genre, puisque c’est le seul cinéma du Marais. Fondé en 1912, c’est l’un des premiers cinémas muets de Paris, apprécié pour ses 700 places et son balcon. En 1960, après avoir été fermé durant la Seconde Guerre mondiale, Il rouvre ses portes…

Est-ce toujours la fête dans le Marais ?

Est-ce toujours la fête dans le Marais ?

Paris n’est plus une fête, la capitale ne danse plus, la ville lumière est comme engourdie, elle est devenue un fantôme sinistre après 22 heures. Seules quelques rares poches de résistance légales hors confinement, illégales lorsqu’un nouveau variant surgit maintiennent la nuit parisienne.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This