Nazanin Pouyandeh, Soulèvement des âmes noires, 195 x 295 cm, h/t, Courtesy de l’artiste, galerie Sator et Adagp, Paris

Dans un vieux hangar de la rue de Thorigny – celui de l’Espace Topographie de l’art – l’exposition « Femmes guerrières, femmes en combat » célèbre à partir du 5 mars la Journée internationale des droits des femmes 2022. Et cela, avec un involontaire sens du timing, compte tenu de son titre qui résonne étrangement avec l’actualité du moment…

Maryline Terrier, Echappée des Sabines, crayon graphite sur papier, 50×70 cm, 2020, Courtesy H Gallery Paris, Courtesy Collection privée, Boston

En réalité, cette expo est avant tout « dédiée à la très grande plasticienne Isabelle Lévénez, disparue en 2020 », comme l’explique la commissaire priseuse Isabelle de Maison-Rouge. Ensemble, ces deux femmes-là avaient réuni onze artistes et surtout onze « guerrières », « qui sont là pour faire entendre leur voix et les faire résonner chez les spectateurs ». Parmi elles : la célèbre ORLAN, plasticienne féministe française. Connue pour sa capacité à bousculer les normes de genre, elle balaye avec grande intelligence les normes du patriarcat. On se souvient bien sûr de son œuvre géniale « L’origine de la guerre », représentant un sexe masculin en érection et faisant écho au tableau de Gustave Courbet.

ORLAN, L’Origine de la Guerre, 1989 – 2012, c-print, diasec sur dibond, Courtesy de l’artiste et Adagp, Paris et galerie Ceysson & Bénétière © ORLAN

Dans cette joyeuse sélection, on retrouve aussi Corine Borgnet qui avait marqué les esprits avec ses chaussures en os de volaille « taille 37 » en 2018, ou encore Maryline Terrier avec sa splendide peinture « Victoire des Amazones » de 2021.

Avec chacune leur style, les onze artistes aspirent à faire entendre une voix, un regard, un chemin, sans pour autant avoir la prétention d’exprimer de manière définitive ce à quoi correspond un art produit par des femmes. L’exposition interroge toutefois les visiteurs et en faisant ressortir la spécificité d’une artiste femme par rapport et ce que l’on ne pourrait trouver dans les œuvres d’artistes masculins.

Corine Borgnet, Amours éternelles, La Guêpière, 2018, Os de volaille Courtesy de l’artiste ©Photo Atelier Find Art et Adag, Paris

« Femme guerrière, femmes en puissances » est donc l’hommage, ou plutôt le « femmage » pour reprendre les mots d’ORLAN, à la force féminine et à sa puissance créatrice. Sous-représentées dans les collections des musées du monde entier, les femmes ont bien leur mot à dire dans l’art. Et, cette exposition le prouve : leur combat continue.

Les artistes : Corine Borgnet – Céline Cléron – Rachel Labastie – Léa Le Bricomte – Isabelle Lévénez – Milena Massardier – Myriam Méchita- ORLAN – Nazanin Pouyandeh – Maryline Terrier – Brigitte Zieger.

Exposition « Femmes guerrières, femmes en combat »
Espace Topographie de l’art, du 5 mars au 7 mai 2022
15 Rue de Thorigny, 75003 Paris
Ouvert du mardi au vendredi de 14h à 19
Fermé les lundis
Tél : 01 40 29 44 28

Texte : Morgane Joulin

03.03.22

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Derniers jours de l’expo Lego (jusqu’au 25 sep)

Derniers jours de l’expo Lego (jusqu’au 25 sep)

Bonne nouvelle ! Les jeux vidéo n’ont pas totalement supplanté les jouets traditionnels, ainsi que le montre la résilience du Lego. Pour fêter ses 90 ans, la brique danoise a choisi d’exposer son savoir-faire dans le Marais, à Paris, dans le haut de la rue de Turenne à l’espace Galerie Joseph, sur deux étages.

Mélissa Pinon : des natures mortes pleine de vie

Mélissa Pinon : des natures mortes pleine de vie

Le goût d’une cerise. Le goût du beau. Le goût de l’art. Voilà la thématique de l’exposition « Le goût du sujet » proposée par Mélissa Pinon à Rue de Turenne Galerie, au numéro 64 de la même rue, du 20 au 26 juin. Avec ses natures mortes, l’artiste – qui a été membre de la Casa de Velázquez à Madrid…

Expo Philippe Waty : les années 1980 revisited

Expo Philippe Waty : les années 1980 revisited

« Il faut parler de Philippe ! » Ce cri du cœur nous a été lancé par Christophe Gratadou, un galeriste du Marais qui connait bien le travail de Philippe Waty. La rétrospective consacrée à cette figure des années 1980 va aider à faire connaître urbi et orbi l’œuvre de ce créateur emblématique d’une époque encore mésestimée…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !