Façade du BHV après l’élévations par l’architecte Louis Arretche, 1966 © Archives BHV Marais (g.), Camionnette de Livraison, 1952 © Archives BHV Marais

S’il y existe un indicateur fiable du pouvoir d’attraction de la « marque » Marais, c’est bien celui-ci : en 2013, le Bazar de l’Hôtel de Ville, ou BHV -l’un des grands magasins de référence à Paris, avec Le Bon Marché et les Galeries Lafayette – a choisi de se rebaptiser « BHV Marais » pour mieux se positionner « dans la tendance ». Cette évolution est la dernière mutation en date d’une histoire presque bicentenaire commencée en 1856.

M. Xavier Ruel, conseiller municipal de Paris, Puchot Marmand

Cette année-là, le commercial Xavier Ruel fonde le tout nouveau commerce « Ruel jeune » au 54, rue de Rivoli. D’emblée, il est surnommé « Bazar Napoléon » : la rumeur raconte en effet que Xavier Ruel a secouru l’impératrice Eugénie devant son magasin alors que ses chevaux étaient en train de se cabrer.

Touchée par cet acte de bravoure, l’épouse de Napoléon III le remercie en monnaie sonnante et trébuchante. Avisé, l’heureux sauveur utilise cette somme importante pour fonder son « bazar », en référence aux lieux de commerce persans du XIXe siècle où l’on trouvait nourriture, habillements, bijoux, poteries et autres marchandises.

Affiche du Bazar de l’Hôtel de Ville en 1891 par Emile Levy (1826-1890), photo d’une reproduction affichée en face du magasin lors d’une exposition

En 1860, il renomme son établissement « Bazar de l’Hôtel de Ville » et place sa femme, Marie-Madeleine Poncerry, aux commandes. L’enseigne, qui propose une très large gamme de produits manufacturés, se présente comme « le meilleur marché de tout Paris ». Les articles sont vendus à prix fixes et suffisamment bas pour attirer une clientèle importante, issue des classes moyennes, voire populaires.

Pendant la Commune de Paris en 1870, Xavier Ruel s’illustre en aidant ses employés à subvenir aux besoins de leurs familles. Mieux encore : il distribue quotidiennement du pain et des vivres aux Parisiens. Pour ces bonnes actions, il est fait chevalier la légion d’honneur en 1893.

15 jours avant l’inauguration, Les constructions commerciales modernes dans le magasine « Je sais tout », le 15 oct 1913 © Archives BHV Marais

Lorsqu’il décède en 1900, le propriétaire du bazar laisse derrière lui une entreprise prospère qui emploie 800 employés. Son fils Henri Viguier prend la relève. En 1913, il dirige de vastes travaux de réaménagement de la structure du Bazar, selon les plans de l’architecte Auguste Roy, achevant la structure moderne de l’édifice et sa rotonde qui fait l’identité du BHV.

Flambant neuf, le nouveau Bazar de l’Hôtel de ville est inauguré le 6 octobre 1931, après 21 mois de travaux. Son style art nouveau ainsi que son architecture néoclassique attirent de plus en plus de visiteurs. Dont un certain Marcel Duchamps qui s’y procure un porte-bouteilles et l’utilise pour réaliser son premier « ready-made », ces fameux objets « tout faits » que l’artiste sélectionne et expose pour leur neutralité esthétique, quelques années avant l’exposition de son célèbre urinoir « Fontaine ».

Le BVH dans les années 1920

Après la Seconde Guerre mondiale, l’offre et l’organisation du BHV sont repensées. Au sous-sol, des rayons se spécialisent dans l’outillage et le bricolage. Le bazar s’adapte à son temps et aux mœurs des époques successives : en 1975 à la suite d’un baby-boom, l’offre de produits liées à l’aménagement de l’intérieur et à la maternité augmente.

Le BHV est aussi l’un des premiers magasins à proposer la livraison à domicile, le service client et l’ouverture en nocturne. Autre tournant : en 1991, le BHV rejoint le groupe des Galeries Lafayette. Rebaptisé BHV Marais, il est l’un des premiers grands magasins parisiens à ouvrir le dimanche à partir de 2016.

Aujourd’hui, après 166 ans d’existence, le BVH Marais possède des filiales à Dubaï et Beyrouth. À Paris, l’enseigne maraisienne s’est dotée d’un roof top qui, aux beaux jours, offre une vue imprenable sur l’hôtel de ville qui lui a donné son nom.

BHV Marais
52 rue de Rivoli, 75004 Paris
Du lundi au samedi de 10h à 20h
Le dimanche de 11h à 19h
Tél : 09 77 40 14 00

Texte : Morgane Joulin

09.03.22

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

La disparition du mythique hôtel Central

La disparition du mythique hôtel Central

Fermé en 2010, le bar Le Central était un des lieux les plus emblématique de la communauté LGBTQ+ de Paris. Situé au 33 rue Vieille du Temple, il a marqué la vie nocturne du Marais durant plus de trente ans. Petit retour sur l’histoire de ce lieu mythique. Durant les années 70, le Marais était un quartier…

Le festival du Marais, une fabuleuse histoire

Le festival du Marais, une fabuleuse histoire

Le Festival du Marais remonte à un temps que les moins de 60 ans ne peuvent pas connaître. Pourtant cet événement artistique de premier plan fut longtemps l’un des rendez-vous culturels les plus courus de la capitale. Pendant un quart de siècle, de 1962 à 1987, ce festival unique en son genre…

Les secrets de l’église Saint-Paul-Saint-Louis

Les secrets de l’église Saint-Paul-Saint-Louis

Fondation jésuite, l’église Saint-Louis (aujourd’hui Saint-Paul-Saint-Louis) a été bâtie au XVIIe siècle. La « Compagnie de Jésus », fondée par saint Ignace de Loyola en 1539, s’installe à Paris au milieu du siècle, du côté de la Montagne-Sainte-Geneviève, puis ici, en 1580.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !