Coincée entre le marché des Enfants Rouges, temple de la boboïtude parisienne et la rue de Beauce se loge l’adresse « secrète » que partagent les vrais Maraisiens : Le Troisième Café, un restaurant associatif, solidaire, bio et géré par vingt habitants du quartier bénévoles et cinq emplois aidés.

En quelques années, c’est devenu la « cantine » populaire du Haut-Marais.

Ses cinq mille adhérents, contre 5€ par an, peuvent y déjeuner pour à peine 10 € (7 € pour un plat, 3 € pour une entrée ou un dessert) et, chic extrême, en guise de pourboire laisser de quoi offrir un café, un thé (1€) ou mieux un repas “suspendu” à un nécessiteux.

Un bon plan qui ne s’arrête pas à la cuisine familiale car ici on partage de jolies valeurs et de bons procédés, comme des ateliers d’informatique, de tricot, des concerts, des expositions ou encore des cours de cuisine suivis d’une dégustation pour 10 €.

Tout semblait aller pour le mieux pour ce lieu plébiscité par tous.

Mais cet été est tombée la nouvelle de la non reconduite des emplois aidés.

Ainsi Vendredi 13 octobre, jour des 3 ans de l’association, nous étions là pour fêter l’anniversaire du Troisième Café et parler de cessation du service du soir.

Découvrez dans la vidéo les propos de Jacques Rozenblum, responsable du Troisième Café et de Noel Mamère, homme politique écologiste habitué des lieux.

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Anaïs Costet

OU MANGER ? LES DERNIERS ARTICLES

Le riz dans tous ses états

Ce n’est pas un hasard si le riz est la première céréale consommée dans le monde. Ce formidable aliment, jadis critiqué pour son prétendu manque de noblesse, présente de nombreuses qualités. Pour commencer, il ne faire pas grossir. De plus, il constitue une source...

Oultma, une cabane berbère rue du Pont-aux-Choux

On se croirait dans une cabane avec vue sur la Méditerranée, chez Oultma (ma sœur, en berbère). Dans ce salon de thé paisible, ouvert à l’été 2018, on sert une tapenade de compétition dans des assiettes en terre cuite, le tout dans une décor blanc peint à la chaux....

Raw to go, ça se mange tout cru !

À mi-hauteur de la rue de Turenne, le restaurant Raw (cru, en français) ouvre une seconde adresse sur le trottoir d’en face, cette fois-ci, au nom de « Raw to go ». Mêmes propriétaires, mais concept un brin différent. Dans ce petit take-away aux airs californiens, on...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

L’ethnique est partout (podcast)

Dans un monde devenu un véritable village global, a l’ère de la diversité, l’interconnectivité entre les continents -merci internet, qui relie les peuples et les cultures- nous avons développé un sens commun de l’histoire, de la créativité où les influences...

Hôtel 9confidentiel, pour initiés esthètes

Plus besoin de courir dans le 8e arrondissement pour s'offrir un thé (ou un verre) au bar d'un hôtel cinq étoiles. Ce petit luxe est également accessible dans le Marais où, ces dernières années, plusieurs établissements haut de gamme ont pris leurs quartiers. Après le...

Parts of four candles, des bougies punk-rock

Dans sa boutique du 36 rue Charlot, l'artiste californien Evan Sugerman propose depuis sept ans des bijoux punk-rock industriels, sertis de cristal, cuir, bois ou os. Dans le même esprit et à quelques mètres de là, il fabrique aujourd’hui des bougies en cire de coco...

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Pin It on Pinterest

Share This