Il ne faut pas confondre Booba (le rappeur bagarreur qui défraye la chronique) et Boubat. C’est du second, Édouard Boubat, qu’il s’agit ici.

Artiste majeur mais méconnu, ce photographe né en 1923 et mort en 1999 fait l’objet d’une exposition à la galerie Agathe Gaillard, rue du Pont-Louis-Philippe jusqu’au 11 mai. Cette exposition est d’autant plus intéressante que ses œuvres sont rarement montrées.

Contemporain de Brassaï, Doisneau et Cartier-Bresson, il est l’un des représentants de la photographie humaniste, mouvement photographique apparu en 1930 qui durera jusqu’aux années 1960.

Plus délicat que Booba, Boubat Edouard pratique son art avec une finesse infinie : il ne photographie pas, il caresse son sujet en témoignant avec poésie des bonheurs simples (et des difficultés) de la vie.

Pour Boubat, tout commence lorsqu’il tombe amoureux de Lella. Aussitôt, le jeune homme capture la beauté de cette jeune femme avec son Rolleicord 6x6 (un reflex à double objectif plus simple et moins cher que le Rolleiflex). C’est le début de sa passion pour la photographie.

Collaborateur permanent du mensuel Réalités de 1951 à 1969, il opte ensuite pour la vie de freelance. De 1979 à 1999, affilié à l’agence Rapho, il multiplie les reportages au Canada, au Népal, en Roumanie et ailleurs.

L’exposition du photographe, aussi sensible qu’une pellicule 800 ASA, est justement intitulée Edouard Boubat romantique.

Inaugurée en 1975 dans le Marais, la galerie Agathe Gaillard fut en son temps la première galerie d’art française entièrement dédiée à la photographie. Son ambition était alors de faire entrer le 8e Art dans l’histoire des beaux-arts.

Presque un demi-siècle plus tard et vingt ans exactement après le décès d’Edouard Boubat, la promesse continue d’être tenue.

Edouard Boubat, Cerisier Japonais, 1983.

Galerie Agathe Gaillard
3, Rue du Pont Louis-Philippe
, 75004 Paris

Jusqu’au 11 mai 2019.

 

Texte : Katia Barillot
Photo de couverture : Edouard Boubat, Salamanque, 1956

29.04.19

LES DERNIÈRES EXPOS À NE PAS MANQUER

Alunissage réussi à la galerie David Guiraud

Le 50e anniversaire du premier pas de l’homme sur la lune, le 21 juillet 1969, méritait bien une expo. Celle de la galerie David Guiraud, entièrement composée d’images originales, vaut le détour. Les tirages Kodak d’époque, estampillés Nasa, retracent en effet les...

À la galerie Rastoll, on découvre de nouveaux talents

Peut-on être à la fois artiste et collectionneur d’art ? Oui, si l’on en juge par la trajectoire de François Rastoll, peintre abstrait, photographe passionné par les paysages et les tirages argentiques et éditeur d’un magazine arty mais aussi galériste aux choix...

Chez Lyndi Sales la beauté n’est jamais loin

Ce n’est pas parce que l’œuvre de Lyndi Sales est placée sous le signe du beau et du poétique qu’elle est mièvre, bien au contraire. Cette artiste venue d’Afrique du Sud nous attire avec de jolis appâts - couleurs, formes - pour nous raconter d'autres choses : le...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Les p’tits bijoux de l’Atelier Piou Piou

C’est une boutique de poche pas plus grande qu’une boite à bijoux, ce qui est d’une logique implacable : l’Atelier Piou Piou propose en effet des bijoux fantaisie, jolis et délicats, fabriqués sur place. D’un hobby, la création de bijoux, Xiaoquin et son mari Cyril...

Le look de Apple Chang

APPLE CHANGBassiste du groupe prairie wwww Lorsque nous avons croisé Apple Chang nous ne savions pas encore qu'elle était musicienne. Mais très vite nous avons appris que, le soir même, cette guitariste taïwanaise se produirait à Paris, du coté de Bastille, avec...

Eric Garandeau déroule son Tapis rouge dans le Marais

Auteur d’un premier roman désopilant, Tapis Rouge (Albin Michel), qui est un croisement entre OSS 117 et L’homme de Rio, qui aurait pour cadre le Festival de Cannes et l’Asie centrale, le très créatif Eric Garandeau n’est pas seulement un écrivain prometteur. A la...

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Pin It on Pinterest

Share This