Il ne faut pas confondre Booba (le rappeur bagarreur qui défraye la chronique) et Boubat. C’est du second, Édouard Boubat, qu’il s’agit ici.

Artiste majeur mais méconnu, ce photographe né en 1923 et mort en 1999 fait l’objet d’une exposition à la galerie Agathe Gaillard, rue du Pont-Louis-Philippe jusqu’au 11 mai. Cette exposition est d’autant plus intéressante que ses œuvres sont rarement montrées.

Contemporain de Brassaï, Doisneau et Cartier-Bresson, il est l’un des représentants de la photographie humaniste, mouvement photographique apparu en 1930 qui durera jusqu’aux années 1960.

Plus délicat que Booba, Boubat Edouard pratique son art avec une finesse infinie : il ne photographie pas, il caresse son sujet en témoignant avec poésie des bonheurs simples (et des difficultés) de la vie.

Pour Boubat, tout commence lorsqu’il tombe amoureux de Lella. Aussitôt, le jeune homme capture la beauté de cette jeune femme avec son Rolleicord 6x6 (un reflex à double objectif plus simple et moins cher que le Rolleiflex). C’est le début de sa passion pour la photographie.

Collaborateur permanent du mensuel Réalités de 1951 à 1969, il opte ensuite pour la vie de freelance. De 1979 à 1999, affilié à l’agence Rapho, il multiplie les reportages au Canada, au Népal, en Roumanie et ailleurs.

L’exposition du photographe, aussi sensible qu’une pellicule 800 ASA, est justement intitulée Edouard Boubat romantique.

Inaugurée en 1975 dans le Marais, la galerie Agathe Gaillard fut en son temps la première galerie d’art française entièrement dédiée à la photographie. Son ambition était alors de faire entrer le 8e Art dans l’histoire des beaux-arts.

Presque un demi-siècle plus tard et vingt ans exactement après le décès d’Edouard Boubat, la promesse continue d’être tenue.

Edouard Boubat, Cerisier Japonais, 1983.

Galerie Agathe Gaillard
3, Rue du Pont Louis-Philippe
, 75004 Paris

Jusqu’au 11 mai 2019.

 

Texte : Katia Barillot
Photo de couverture : Edouard Boubat, Salamanque, 1956

29.04.19

LES DERNIÈRES EXPOS À NE PAS MANQUER

Dans l’esprit des grands maitres cubistes

Touche-à-tout venu de l’univers du design et de la publicité, le tandem Gezo Marques & José Aparicio Gonçalves montre son talent à la jeune galerie l'Œil bleu dont l’accrochage "L'eau qui coule en nous" constitue l’exposition inaugurale. Basés à Lisbonne où ils...

Nelson Makamo, un certain regard sur l’enfance

Connaissez-vous Nelson Makamo ? Dans le cas contraire, cette lacune peut facilement être comblée. Une galerie maraisienne expose ce Sud-africain qui a fait la une de Time Magazine. Après l’hebdomadaire américain et aussi après l'animatrice-productrice Oprah Winfrey...

The Fibery galerie : quatre femmes et une exposition

On ne regardera plus jamais les cotons tiges de la même façon. Avec cet accessoire de toilette pour le moins anodin, Cynthia Bridé compose en effet de subtiles sculptures et des tableaux en relief pareils à des coraux laiteux. Cette artiste est l'une des quatre...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Dans l’esprit des grands maitres cubistes

Touche-à-tout venu de l’univers du design et de la publicité, le tandem Gezo Marques & José Aparicio Gonçalves montre son talent à la jeune galerie l'Œil bleu dont l’accrochage "L'eau qui coule en nous" constitue l’exposition inaugurale. Basés à Lisbonne où ils...

La place fantôme

Tout le monde connaît la place des Vosges, ses galeries, son square. Mais qui connaît – toujours dans le Marais – la place de France ? Voulue elle aussi par Henri IV, demeurée inachevée après la mort de ce dernier, elle a pourtant laissé son empreinte dans notre...

Fascinantes Parisiennes (podcast)

Dans le monde entier, les Parisiennes incarnent le chic, l’élégance et la sophistication naturelle. Loin d’être figées dans les clichés, elles évoluent avec l’air du temps et semble-t-il gardent leur pouvoir de fascination et d’influence. En un mot comme en cent :...

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Pin It on Pinterest

Share This