Aussi discrète que déterminée, la photographe suédoise Marianne Ström cumule bien d’autres qualités encore : historienne de l’art, elle possède un Hasselblad (la Rolls des appareils photo) et réside dans le Marais depuis quarante ans. Munie de son boîtier, elle arpente depuis lors les rues du quartier pour immortaliser hôtels particuliers, escaliers, façades, portes, heurtoirs, mascarons et bien d’autres choses encore, comme les fontaines où les Parisiens venaient s’approvisionner sous l’Ancien régime.

Hôtel Amelot de Bisseuil de Pierre Cottard, 1657-1660. Deuxième cour. ©Marianne Ström
Hôtel Amelot de Bisseuil de Pierre Cottard, 1657-1660. Deuxième cour. ©Marianne Ström

Après avoir donné lieu à un magnifique livre, Le Marais, chef-d’œuvre vivant (éd. Michel de Maule, 35 euros), basé sur ses archives de 12.000 clichés en noir et blanc et en couleurs, ce travail colossal donne lieu à une exposition intitulée « Quatre décennies de photographies dans le Marais », du 11 au 24 juin à la galerie Thuillier, rue de Thorigny, tout près du musée Picasso. À voir absolument pour qui s’intéresse au patrimoine maraisien et à l’histoire de Paris !

« Dans les années 1980, les digicodes n’existaient pas encore et le métier de concierge était en train de disparaître. Je pouvais donc accéder partout, dans toutes les cours », témoigne la photographe et historienne qui se souvient du Marais comme d’un quartier populaire.

« J’osais à peine dire que j’habitais dans le 3e arrondissement. Mieux valait être dans le 4e, alors considéré comme beaucoup plus chic », ajoute-t-elle.

Hôtel de Beauvais d’Antoine Le Pautre, 1655-1660. Depuis 2004, Cour administrative d’appel de Paris. ©Marianne Ström

Au fil de la conversation, les souvenirs reviennent : « Il y avait plein d’ateliers de confection chinois dans les rues des Archives et rue Vieille-du-Temple. L’hôtel Salé, où ne se trouvait pas encore le musée Picasso était peuplé de clochards et, dans la cour, on voyait des rats à toute heure du jour.

La place des Vosges, l’hôtel de Sens, celui de Berlize (où se trouvent le café de la Gare et le centre de danse du Marais) ou encore celui de Marle (actuel Institut suédois) était, comme toutes les façades parisiennes à l’époque, noirs de saleté. »

Hôtel Aubert de Fontenay, dit Salé, de Jean Boullier, 1656-1659. Depuis 1985, musée Picasso. Fermé pour rénovation, restauration et modernisation de l’automne 2011 à l’été 2013. ©Marianne Ström

Hôtel de Berlize, fin du XVIe siècle pour le corps de logis et l’aile gauche, agrandi sous Louis XIII. Devenu au XIXe siècle, Auberge de l’Aigle d’or. Depuis 1972, café de la Gare. ©Marianne Ström

C’est justement ce comparatif « avant-après », ainsi que les détails architecturaux (mascarons, les portes, heurtoirs) et la qualité des cadrages millimétriques de Marianne Ström qui font du travail de celle-ci un grand œuvre artistique et une source documentaire inestimable.

Quatre décennies de photographies dans le Marais, par Marianne Ström.
Galerie Thuillier
13, rue de Thorigny, 75003 Paris
Tous les jours sauf dimanche et lundi de 13h à 19h
Du 11 au 24 juin

Découvrir l’œuvre de Marianne Ström

Texte : Axel G

11.06.21

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Jean Dewasne, le « coloriste » de Beaubourg

Jean Dewasne, le « coloriste » de Beaubourg

Tout le monde le connaît mais personne ne le sait. Car sans lui le Centre Georges-Pompidou, ne serait pas bleu, vert et rouge ! L’anecdote vaut le détour : en 1970, Jean Dewasne, qui habite le Marais, rend visite aux architectes Renzo Piano et Richard Rogers, installés boulevard Sébastopol, à Paris.

Expo : Jean Legros rencontre Jean Arp

Expo : Jean Legros rencontre Jean Arp

Connaissez-vous Jean Legros ? « Ce coloriste s’inscrit incontestablement dans la lignée d’Henri Matisse », explique Christophe Gratadou, galeriste dans le Marais, à Paris, qui expose le travail de ce peintre d’avant-garde français (1917-1981), qui fut aussi philosophe, sociologue…

Les lignes claires de Léa Lydie L.

Les lignes claires de Léa Lydie L.

Ça fait longtemps qu’elle est « en mode » Marais, Léa Lydie L. « Je navigue dans le quartier depuis trente ans. J’en connais le moindre bout de macadam, tous les parcs publics et, bien sûr, le marché des Enfants rouges où j’ai travaillé dix ans », dit cette artiste au caractère trempé (dans l’encre de Chine !)…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Chocolat chaud dans le Marais : le Top 3

Chocolat chaud dans le Marais : le Top 3

C’est la boisson réconfortante par excellence ! Avec le retour du froid, le chocolat chaud est là pour revigorer les frileux. Mais attention, il y a chocolat chaud et chocolat chaud… Le Marais Mood est parti à la recherche des plus onctueux, des plus crémeux, des plus chocolatés.

Au musée de la chasse, Eva Jospin fait un carton

Au musée de la chasse, Eva Jospin fait un carton

Avec ses paysages forestiers et minéraux composés à partir de carton, Éva Jospin, avec l’aimable autorisation de sa galerie Suzanne Tarasiève, plonge les visiteurs du Musée de la Chasse et de la Nature dans l’univers fantastique des jardins baroques du XVIIIe siècle.

Marais mode : Qu’est-ce qu’un bon jean ? (podcast)

Marais mode : Qu’est-ce qu’un bon jean ? (podcast)

Photos : Karolina Grabowska (droite) et Cottonbro (gauche)Roland Arnassalon est Directeur artistique chez Armorlux et a travaillé pour des marques de luxe, de prêt à porter, de fast-fashion mais aussi pour des marques emblématiques du jean. Ce spécialiste du denim va...

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This