Entièrement consacrée au monde lusophone, la maison d’édition Chandeigne publie Les Brésiliens à Paris, une jolie promenade à travers les rues de la capitale qui révèle les traces de l’amitié historique entre le Brésil et la France.

Hyper méticuleuse sans être ennuyeuse, l’auteure Adriana Brandão, journaliste à RFI et docteure en histoire, parcourt un par un les siècles et les arrondissements pour ressusciter les personnages et les anecdotes qui ont tissé le lien franco-brésilien, aussi profond que méconnu.

Pour ce qui nous concerne – les 3e et 4e arrondissements, c’est-à-dire le Marais – Les Brésiliens à Paris nous apprend que le tabac fut pour la première fois ramené du Brésil vers 1560 pour être planté dans l’enclos du Temple, avant qu’un quidam nommé Jean Nicot lui donne son nom : tabac, donc. 

L’auteure nous raconte aussi l’histoire de la Chapelle de l’Humanité, ouverte au début du XXe siècle au 5, rue Payenne. Elle est dédiée au positivisme, cette « religion sans dieu » élaborée par Auguste Comte dont la devise flotte toujours sur le drapeau brésilien : « Ordre et Progrès ».

Également dans le 3e, il est question, quelques pages plus loin, d’un appartement situé rue Chapon où sous la dictature (1964-1985) des figures de l’exil brésilien se retrouvaient pour parler politique. Parmi eux : les musiciens Caetano Veloso et Gilberto Gil.

Le chapitre consacré au 4e arrondissement évoque l’écrivain Jorge Amado (1912-2001) et son amour de Paris. L’auteur de La Baie de tous les saints possédait un appartement quai des Célestins.
Enfin, Brandão nous apprend que la plus grande collection d’art brésilien se trouve dans la Marais mais qu’elle est… invisible. Composée de plus de 650 peintures, sculptures, photographies, vidéos, etc. elle se trouve dans les réserves du Centre Pompidou, qui la montre rarement.

Les autres chapitres complètent cette histoire singulière de Paris, joliment illustrée, comme d’ailleurs tous les ouvrages de la maison Chandeigne, réputée pour son amour des livres édités avec soin.

Texte : ©Axel G.

16.12.19

POUR LES PASSIONNÉS D’HISTOIRE

Rue Vieille-du-Temple : le fabuleux chantier redémarre

Rue Vieille-du-Temple : le fabuleux chantier redémarre

Un hôtel de luxe verra le jour à l’issue des travaux. Au rez-de-chaussée, les anciennes écuries et remises à voiture accueilleront le restaurant sur la grande cour, tandis que la première cour, sur la rue Vieille-du-Temple, retrouvera deux commerces dans la continuité de son aménagement au 19e siècle.

Le festival du Marais, une fabuleuse histoire

Le festival du Marais, une fabuleuse histoire

Le Festival du Marais remonte à un temps que les moins de 60 ans ne peuvent pas connaître. Pourtant cet événement artistique de premier plan fut longtemps l’un des rendez-vous culturels les plus courus de la capitale. Pendant un quart de siècle, de 1962 à 1987, ce festival unique en son genre…

La disparition du mythique hôtel Central

La disparition du mythique hôtel Central

Fermé en 2010, le bar Le Central était un des lieux les plus emblématique de la communauté LGBTQ+ de Paris. Situé au 33 rue Vieille du Temple, il a marqué la vie nocturne du Marais durant plus de trente ans. Petit retour sur l’histoire de ce lieu mythique. Durant les années 70, le Marais était un quartier…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Idée cadeaux : à la recherche de Marcel Proust

Idée cadeaux : à la recherche de Marcel Proust

Pour fêter les cent ans de sa disparition, Marcel Proust s’installe chez Maison Fragile, rue de Turenne dans le Marais, sous la forme d’un café éphémère. Jusqu’à Noël, cette petite maison d’édition de porcelaine fondée et tenue par Mary Castel nous invite à découvrir l’écrivain sous l’angle de la gourmandise.

Rue de Bretagne : la brocante, c’est maintenant !

Rue de Bretagne : la brocante, c’est maintenant !

Collectionneurs, chineurs, passionnés, curieux, flâneurs ou encore amateurs de « récup » : on se donne tous rendez-vous du 25 au 27, rue de Bretagne ! La brocante biannuelle du Haut-Marais reprend du service autour de la mairie du 3e, aux abords du Carreau du Temple,...

Galerie Perrotin : Michel-Ange revisité par Tavares Strachan

Galerie Perrotin : Michel-Ange revisité par Tavares Strachan

C’est beau, impressionnant et surtout cela ressemble beaucoup à la pietà de Michel-Ange, celle placée à l’entrée de la basilique Saint-Pierre de Rome. Normal, il s’agit d’une réplique ! Mais à un détail près. Ici, la Vierge Marie douloureuse tient sur ses genoux le corps du Christ descendu de la Croix avant…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !