Léa Lydie L, © Axel G.

Ça fait longtemps qu’elle est « en mode » Marais, Léa Lydie L. « Je navigue dans le quartier depuis trente ans. J’en connais le moindre bout de macadam, tous les parcs publics et, bien sûr, le marché des Enfants rouges où j’ai travaillé dix ans », dit cette artiste au caractère trempé (dans l’encre de Chine !) qui expose pour la première fois ses dessins, encres et aquarelles dans une galerie de la rue Charlot, dans le 3e arrondissement de Paris. « Le Marais c’est beau ; les gens sont beaux, je m’y sens bien », dit-elle d’une voix nette et fluide comme la ligne claire de son trait de dessin.

© Axel G.

Artiste multiple, Léa Lydie L, ou « LLL », a d’abord été musicienne – plus exactement : auteure-compositeure-interprète- avec un disque sorti chez Sony sous un autre nom. « À l’époque, la peinture était mon jardin secret ; aujourd’hui les choses se sont inversées » dit cette guitariste qui dessine depuis l’âge de quatre ans. Et qui a grandi dans une communauté d’artistes en région parisienne, bercée par la musique de son père, le musicien Jean Louis Mahjun.

Il reste quelque chose de l’enfance dans l’œuvre poétique et très seventies de Léa Lydie L. dont les thèmes majeurs sont l’amour, la nature et la sensualité. Avec un personnage récurrent : cette belle et mystérieuse femme au profil grec, que l’on retrouve un peu partout dans ses dessins « à la Cocteau ». « Je suis très obsessionnelle et je n’arrête jamais de peindre », confie l’artiste bohème, tandis que son feutre glisse en arabesque sur la feuille blanche de son carnet. Toujours en dessinant, elle poursuit : « Je me lève ultra-tôt et je m’y mets dès l’aube. C’est à cette heure-là que je produis mes nus, d’un seul geste, presque automatique, dans un état de semi-conscience. »

© Axel G.

« Tout l’univers est fait de courbes », a dit un jour l’immense architecte brésilien Oscar Niemeyer. Qui ajoutait : « Ce n’est pas l’angle droit qui m’attire. Ni la ligne droite, inflexible, créée par l’homme. Ce qui m’attire, c’est la courbe libre et sensuelle. La courbe que je rencontre dans les montagnes de mon pays, dans le cours sinueux de ses fleuves, dans les nuages du ciel, dans le corps des femmes. » Cette vision du monde est assurément partagée par la « maraisienne » Léa Lydie L. qui, elle aussi, conçoit son art et tout l’univers « en courbes, libres et sensuelles. »

Léa Lydie L.
57 Rue Charlot, 75003 Paris

© Axel G.

Texte : Axel G.

25.10.21

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Galerie Perrotin : Michel-Ange revisité par Tavares Strachan

Galerie Perrotin : Michel-Ange revisité par Tavares Strachan

C’est beau, impressionnant et surtout cela ressemble beaucoup à la pietà de Michel-Ange, celle placée à l’entrée de la basilique Saint-Pierre de Rome. Normal, il s’agit d’une réplique ! Mais à un détail près. Ici, la Vierge Marie douloureuse tient sur ses genoux le corps du Christ descendu de la Croix avant…

Expo Francis Limérat : l’éloge de la délicatesse

Expo Francis Limérat : l’éloge de la délicatesse

Un jour, dans les années 1990, Francis Limérat a acheté… 1 million d’allumettes ! Depuis lors, l’artiste a fabriqué quantité d’œuvres d’art à partir de ces bâtonnets – sans la tête de soufre, évidemment.

Derniers jours de l’expo Lego (jusqu’au 25 sep)

Derniers jours de l’expo Lego (jusqu’au 25 sep)

Bonne nouvelle ! Les jeux vidéo n’ont pas totalement supplanté les jouets traditionnels, ainsi que le montre la résilience du Lego. Pour fêter ses 90 ans, la brique danoise a choisi d’exposer son savoir-faire dans le Marais, à Paris, dans le haut de la rue de Turenne à l’espace Galerie Joseph, sur deux étages.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Rue de Bretagne : la brocante, c’est maintenant !

Rue de Bretagne : la brocante, c’est maintenant !

Collectionneurs, chineurs, passionnés, curieux, flâneurs ou encore amateurs de « récup » : on se donne tous rendez-vous du 25 au 27, rue de Bretagne ! La brocante biannuelle du Haut-Marais reprend du service autour de la mairie du 3e, aux abords du Carreau du Temple,...

Galerie Perrotin : Michel-Ange revisité par Tavares Strachan

Galerie Perrotin : Michel-Ange revisité par Tavares Strachan

C’est beau, impressionnant et surtout cela ressemble beaucoup à la pietà de Michel-Ange, celle placée à l’entrée de la basilique Saint-Pierre de Rome. Normal, il s’agit d’une réplique ! Mais à un détail près. Ici, la Vierge Marie douloureuse tient sur ses genoux le corps du Christ descendu de la Croix avant…

On a testé une facialiste body expert

On a testé une facialiste body expert

Connaissez-vous le kobido ? C’est un massage ancestral japonais qui améliore la circulation grâce à une succession de tapotements, lissage, pétrissage de la peau et, in fine, produite un « effet lifting ». Tel est l’un des soins prodigués par Sabrina Huneau, une facialiste – on disait autrefois : esthéticienne…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !