Pourquoi jeter des vêtements quand on peut les repriser ?

A cette question simple, d’apparence anodine, Isabelle Cabrita, ex-designeuse et « archi » d’intérieur, répond par des travaux pratiques qui « font sens ».

Vendredi 28 février de 15h à 18h, chez Homecore, une marque de mode masculine située rue du Temple, elle organise un atelier de réparation de pièces trouées, tachées ou élimées. Sa technique, promue par son association Good Gang Paris et « dédiée aux réparations visibles sur vêtements » est plus « fashion » qu’on ne l’imagine.

En remettant au goût du jour d’anciennes pratiques, cette femme espiègle et expérimentée nous apprend à réduire l’impact de l’industrie textile sur l’environnement. Une démarche dans l’air du temps.

Deuxième industrie la plus polluante du monde après l’automobile, la mode est en effet en surchauffe, avec un coût environnemental et humain très lourd. Entre 1996 et 2012 la consommation de vêtements a augmenté de 40% (source : Parlement européen).

Rien qu’en 2014, plus de 100 milliards de vêtements ont été achetés (source Greenpeace).

Moment de partage mais aussi de réflexion, les ateliers du Good Gand Paris apprennent à « up-cycler », c’est-à-dire recycler vers le haut, tee-shirts, pulls et autres pièces de notre garde-robe.

Premier miracle, des vieilles fringues qui semblaient promises au rebut retrouvent soudain un cachet, un style, une âme.

Révélation supplémentaire, l’expérimentation textile nous apprend que recoudre un bouton peut métamorphoser un habit.

Pour encourager les participants à s’engager de manière créative et récréative, Good gang Paris et Homecore offriront à chacun d’entre eux un kit cadeau pour repriser, en partenariat avec deux entreprises françaises : Bohin pour les aiguilles et pour le fil les Laines Saint-Pierre (entreprise du patrimoine vivant).

GOOD GANG PARIS chez Homecore
41 Rue du Temple, 75004 Paris
Lundi 14h à 19h

Mardi à samedi 11h à 19h30
Dimanche 14h à 19h

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Isabelle Cabrita

 

26.02.20

L’ACTU, C’EST PAR ICI

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Que faire dans le Marais pour la journée du patrimoine 2022 ?

Que faire dans le Marais pour la journée du patrimoine 2022 ?

Journées du patrimoine 2022 dans le Marais : animations gratuites au Musée Carnavalet. Le musée de la ville de Paris spécialisé, depuis 1880, dans l’Histoire de la capitale de la préhistoire à nos jours accueille les collections, sans cesse enrichies dans l’hôtel des Ligneris (dit Carnavalet) et l’hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau.

HBO, AppleTV+, Pathé Films… Silence, on tourne dans le Marais !

HBO, AppleTV+, Pathé Films… Silence, on tourne dans le Marais !

L’été, à Paris, c’est la saison des tournages, parce que la ville est déserte. En août, le Marais s’est transformé en plateau de cinéma. Rue de Braque, par exemple, la chaîne de AppleTV+ tournait des épisodes d’une série consacrée à Benjamin Franklin, avec Michael Douglas dans le rôle-titre.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !