Quand Simon Portes Jacquemus, l’enfant chéri de la mode à la gueule d’ange, se penche sur le printemps/été 2018, c’est pour apporter un peu de Sud dans le Marais et célébrer la femme : solaire, féline et élégante, avec qui l’on partirait volontiers au Mexique, à Nice, Capri ou dans les Caraïbes.

Le prodige Marseillais, issu d’un milieu paysan, arrivé à Paris le bac en poche sans le sou et sans contacts, impose plus que jamais son style inspiré non plus des grévistes (automne/hiver 2011) mais plutôt d’Isabelle Adjani version « L’été meurtrier » ou de sa propre mère, la plus belle femme de Mallemort, le village de son enfance.

C’est cette mère disparue accidentellement à l’aube de ses dix-huit ans qui hante le défilé du styliste.

Cette mode empreinte d’images d‘Epinal, pas révolutionnaire certes mais sensible, est sophistiquée et sublimante.

Alors en ce premier jour de la fashion week on a presque tout aimé du show de ce Saint Laurent 2.0 mis en scène par Alexandre de Betak.

Les mini-robes en pagne à franges ou en filet de pêche, les jupes taillées dans des vestes et les bodies sculptants façonnés sur son modèle-maison, la martiniquais Marie-Rose, les accessoires qui jouent aussi les vedettes tels les sombreros oversize, les sacs de poupées très mimi, la beauté multiple des mannequins…

La presse internationale adore son style sexy effortless.

Quant aux  happy fews ils étaient nombreux à se presser autour de la star montante : les actrices Fanny Ardant, Sandrine Kimberlain, la photographe Dominique Isserman, Sarah Andelman de Colette, Jenke Ahmed Tailly le styliste de Beyoncé, Solange et Iman Bowie, la productrice Melle Agnes, le grand couturier Pierre Cardin, la blogueuse Caroline de Maigret, Leatitia Halliday etc…

En 2014, la petite entreprise de Jacquemus affichait cinq millions d’euros de chiffre d’affaires, il y a fort a parier que cette nouvelle collection aussi fera mouche.

Texte, photos et vidéos : ©Katia Barillot
Montage vidéo : ©Anaïs Costet

L’ACTU, C’EST PAR ICI

Rue de Bretagne : la brocante, c’est maintenant !

Rue de Bretagne : la brocante, c’est maintenant !

Collectionneurs, chineurs, passionnés, curieux, flâneurs ou encore amateurs de « récup » : on se donne tous rendez-vous du 25 au 27, rue de Bretagne ! La brocante biannuelle du Haut-Marais reprend du service autour de la mairie du 3e, aux abords du Carreau du Temple,...

On a visité le nouveau commissariat de police

On a visité le nouveau commissariat de police

Arrivée dans le Marais à la fin de l’été, la police nationale a discrètement pris ses quartiers à deux pas du Carreau du Temple et du square du même nom. Et les 650 fonctionnaires sont, semble-t-il, ravis de débarquer dans l’un de secteurs les plus tendance de la capitale.

Rue Vieille-du-Temple : le fabuleux chantier redémarre

Rue Vieille-du-Temple : le fabuleux chantier redémarre

Un hôtel de luxe verra le jour à l’issue des travaux. Au rez-de-chaussée, les anciennes écuries et remises à voiture accueilleront le restaurant sur la grande cour, tandis que la première cour, sur la rue Vieille-du-Temple, retrouvera deux commerces dans la continuité de son aménagement au 19e siècle.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Idée cadeaux : à la recherche de Marcel Proust

Idée cadeaux : à la recherche de Marcel Proust

Pour fêter les cent ans de sa disparition, Marcel Proust s’installe chez Maison Fragile, rue de Turenne dans le Marais, sous la forme d’un café éphémère. Jusqu’à Noël, cette petite maison d’édition de porcelaine fondée et tenue par Mary Castel nous invite à découvrir l’écrivain sous l’angle de la gourmandise.

Rue de Bretagne : la brocante, c’est maintenant !

Rue de Bretagne : la brocante, c’est maintenant !

Collectionneurs, chineurs, passionnés, curieux, flâneurs ou encore amateurs de « récup » : on se donne tous rendez-vous du 25 au 27, rue de Bretagne ! La brocante biannuelle du Haut-Marais reprend du service autour de la mairie du 3e, aux abords du Carreau du Temple,...

Galerie Perrotin : Michel-Ange revisité par Tavares Strachan

Galerie Perrotin : Michel-Ange revisité par Tavares Strachan

C’est beau, impressionnant et surtout cela ressemble beaucoup à la pietà de Michel-Ange, celle placée à l’entrée de la basilique Saint-Pierre de Rome. Normal, il s’agit d’une réplique ! Mais à un détail près. Ici, la Vierge Marie douloureuse tient sur ses genoux le corps du Christ descendu de la Croix avant…

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !