Quand Simon Portes Jacquemus, l’enfant chéri de la mode à la gueule d’ange, se penche sur le printemps/été 2018, c’est pour apporter un peu de Sud dans le Marais et célébrer la femme : solaire, féline et élégante, avec qui l’on partirait volontiers au Mexique, à Nice, Capri ou dans les Caraïbes.

Le prodige Marseillais, issu d’un milieu paysan, arrivé à Paris le bac en poche sans le sou et sans contacts, impose plus que jamais son style inspiré non plus des grévistes (automne/hiver 2011) mais plutôt d’Isabelle Adjani version « L’été meurtrier » ou de sa propre mère, la plus belle femme de Mallemort, le village de son enfance.

C’est cette mère disparue accidentellement à l’aube de ses dix-huit ans qui hante le défilé du styliste.

Cette mode empreinte d’images d‘Epinal, pas révolutionnaire certes mais sensible, est sophistiquée et sublimante.

Alors en ce premier jour de la fashion week on a presque tout aimé du show de ce Saint Laurent 2.0 mis en scène par Alexandre de Betak.

Les mini-robes en pagne à franges ou en filet de pêche, les jupes taillées dans des vestes et les bodies sculptants façonnés sur son modèle-maison, la martiniquais Marie-Rose, les accessoires qui jouent aussi les vedettes tels les sombreros oversize, les sacs de poupées très mimi, la beauté multiple des mannequins…

La presse internationale adore son style sexy effortless.

Quant aux  happy fews ils étaient nombreux à se presser autour de la star montante : les actrices Fanny Ardant, Sandrine Kimberlain, la photographe Dominique Isserman, Sarah Andelman de Colette, Jenke Ahmed Tailly le styliste de Beyoncé, Solange et Iman Bowie, la productrice Melle Agnes, le grand couturier Pierre Cardin, la blogueuse Caroline de Maigret, Leatitia Halliday etc…

En 2014, la petite entreprise de Jacquemus affichait cinq millions d’euros de chiffre d’affaires, il y a fort a parier que cette nouvelle collection aussi fera mouche.

Texte, photos et vidéos : ©Katia Barillot
Montage vidéo : ©Anaïs Costet

L’ACTU, C’EST PAR ICI

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Que faire dans le Marais pour la journée du patrimoine 2022 ?

Que faire dans le Marais pour la journée du patrimoine 2022 ?

Journées du patrimoine 2022 dans le Marais : animations gratuites au Musée Carnavalet. Le musée de la ville de Paris spécialisé, depuis 1880, dans l’Histoire de la capitale de la préhistoire à nos jours accueille les collections, sans cesse enrichies dans l’hôtel des Ligneris (dit Carnavalet) et l’hôtel Le Peletier de Saint-Fargeau.

HBO, AppleTV+, Pathé Films… Silence, on tourne dans le Marais !

HBO, AppleTV+, Pathé Films… Silence, on tourne dans le Marais !

L’été, à Paris, c’est la saison des tournages, parce que la ville est déserte. En août, le Marais s’est transformé en plateau de cinéma. Rue de Braque, par exemple, la chaîne de AppleTV+ tournait des épisodes d’une série consacrée à Benjamin Franklin, avec Michael Douglas dans le rôle-titre.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !