Dans sa dernière série « The Grand Theft », Ethan Murrow explore le thème de l’appropriation, tant dans sa version colonialiste de prédation que dans celle où un artiste s’inspire du travail de ses pairs.

Les toiles de cet Américain vivant à Boston fourmillent de détails à l’humour grinçant comme lorsqu’il s’approprie la célèbre vague d’Okusai où il glisse des voleurs. Présents dans toutes les œuvres de la série, ces deux maladroits s’emmêlent dans les toiles dont ils veulent s’emparer.

Ethan Murrow dénonce la prédation des matières premières, des plantes précieuses, de manuscrits ou d’incunables. D’autres appropriations mettent en scène un Bruegel ou un Rembrandt que les voleurs attirent vers eux en s’aidant de cordes de déménageurs.

On note aussi que cet artiste à la technique irréprochable se joue des perspectives et s’amuse, bien souvent, à créer des contrastes entre la partie haute et la partie basse de ses tableaux travaillés au graphite.

Peu connu en France mais reconnu aux USA, Ethan Murrow a vendu la dizaine d’œuvres exposées à la galerie Particulière, qui fermera ses portes à la fin de cette exposition, les propriétaires ayant envie de passer à autre chose et de se consacrer à leur domaine de Fournille.

An Epic Sleight of Hand Goes Awry

The great pharmacological heist

Ethan Murrow
La Galerie Particulière

16 Rue du Perche, 75003 Paris
Du mardi au samedi de 11h à 19h
Jusqu’au samedi 30 mars 2019

 

Texte : Katia Barillot
Photos : © Courtesy Ethan Murrow et La Galerie Particulière

08.02.19

LES DERNIÈRES EXPOS À NE PAS MANQUER

À la galerie Rastoll, on découvre de nouveaux talents

Peut-on être à la fois artiste et collectionneur d’art ? Oui, si l’on en juge par la trajectoire de François Rastoll, peintre abstrait, photographe passionné par les paysages et les tirages argentiques et éditeur d’un magazine arty mais aussi galériste aux choix...

Chez Lyndi Sales la beauté n’est jamais loin

Ce n’est pas parce que l’œuvre de Lyndi Sales est placée sous le signe du beau et du poétique qu’elle est mièvre, bien au contraire. Cette artiste venue d’Afrique du Sud nous attire avec de jolis appâts - couleurs, formes - pour nous raconter d'autres choses : le...

La galerie qui célèbre l’architecture

Il est rare que la Galerie d’architecture, dédiée depuis 1999 au « premier art », consacre une exposition à un projet architectural maraisien. Mais cette fois l’occasion était trop belle. Récemment livré au 79, rue des Archives par le cabinet Lobjoy-Bouvier-Boisseau -...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

L’ethnique est partout (podcast)

Dans un monde devenu un véritable village global, a l’ère de la diversité, l’interconnectivité entre les continents -merci internet, qui relie les peuples et les cultures- nous avons développé un sens commun de l’histoire, de la créativité où les influences...

Hôtel 9confidentiel, pour initiés esthètes

Plus besoin de courir dans le 8e arrondissement pour s'offrir un thé (ou un verre) au bar d'un hôtel cinq étoiles. Ce petit luxe est également accessible dans le Marais où, ces dernières années, plusieurs établissements haut de gamme ont pris leurs quartiers. Après le...

Parts of four candles, des bougies punk-rock

Dans sa boutique du 36 rue Charlot, l'artiste californien Evan Sugerman propose depuis sept ans des bijoux punk-rock industriels, sertis de cristal, cuir, bois ou os. Dans le même esprit et à quelques mètres de là, il fabrique aujourd’hui des bougies en cire de coco...

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Pin It on Pinterest

Share This