Ce n’est pas parce que l’œuvre de Lyndi Sales est placée sous le signe du beau et du poétique qu’elle est mièvre, bien au contraire. Cette artiste venue d’Afrique du Sud nous attire avec de jolis appâts – couleurs, formes – pour nous raconter d’autres choses : le lien, la peur, le partage, la perte, en l’occurence celle de son père disparu dans un crash d’avion lorsqu’elle avait quatorze ans.

Artiste majeure, elle a représenté son pays à la biennale de Venise en 2011 et exposé dans des collections prestigieuses telles que the National Gallery of Art à Washington, the New York Public Library, the Library of Congress (Washington DC), the McGill University (Montréal), the Arthur and Matta Jaffe Collection (Florida Atlantic University), the Jack Ginsberg artist book collection (Afrique du Sud), Ernst & Young, ABSA (Telkom , Afrique du Sud) et Red Bull (Autriche).

Cette plasticienne, qui utilise le dessin, la broderie, le tissage, le collage, semble ne pas connaître de limites dans son travail d’introspection nourri d’angoisses existentielles.

Dans cette exposition intitulée « Un jour j’ai trouvé un papillon arc-en-ciel » qu’elle donne dans la Galerie Marie Lund, Lyndi Sales navigue dans ses cauchemars en créant des tapisseries lumineuses, quand elle s’interroge sur le thème du lien, elle magnifie une image scientifique de l’ocytocine, l’hormone qui rend heureux, en un mandala pixelisé.

Et quand elle veut nous dire la triste réalité des démunis qui tentent de grappiller un peu d’or dans les mines abandonnées près de Johannesburg, elle brosse simplement, à l’encre bleue, une composition qui évoque à la fois un paysage et un oiseau déployant ses ailes.

Lyndi Sales
Galerie Maria Lund

48, rue de Turenne 75003 Paris
Du mardi au samedi de 12 à 19h
Tel : O1 42 76 00 33

Jusqu’au 29 mars 2019

 

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Anaïs Costet

22.02.19

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Derniers jours de l’expo Lego (jusqu’au 25 sep)

Derniers jours de l’expo Lego (jusqu’au 25 sep)

Bonne nouvelle ! Les jeux vidéo n’ont pas totalement supplanté les jouets traditionnels, ainsi que le montre la résilience du Lego. Pour fêter ses 90 ans, la brique danoise a choisi d’exposer son savoir-faire dans le Marais, à Paris, dans le haut de la rue de Turenne à l’espace Galerie Joseph, sur deux étages.

Mélissa Pinon : des natures mortes pleine de vie

Mélissa Pinon : des natures mortes pleine de vie

Le goût d’une cerise. Le goût du beau. Le goût de l’art. Voilà la thématique de l’exposition « Le goût du sujet » proposée par Mélissa Pinon à Rue de Turenne Galerie, au numéro 64 de la même rue, du 20 au 26 juin. Avec ses natures mortes, l’artiste – qui a été membre de la Casa de Velázquez à Madrid…

Expo Philippe Waty : les années 1980 revisited

Expo Philippe Waty : les années 1980 revisited

« Il faut parler de Philippe ! » Ce cri du cœur nous a été lancé par Christophe Gratadou, un galeriste du Marais qui connait bien le travail de Philippe Waty. La rétrospective consacrée à cette figure des années 1980 va aider à faire connaître urbi et orbi l’œuvre de ce créateur emblématique d’une époque encore mésestimée…

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Le programme fantastique de la 20e Nuit Blanche (1er oct.)

Pour la 20e édition de la Nuit blanche – eh oui, déjà vingt ans – la directrice artistique Kitty Hartl a placé la barre haut. Sa scénographie s’inspire, assure-t-elle, du Jardin des délices, du peintre flamand Jérôme Bosch. Si c’est vrai, alors la fête sera réussie car ce triptyque sur bois datant de 1500…

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Le Café Fika, c’est la Suède dans le Marais

Enfin, il a rouvert ! Fermé pendant trois ans pour cause de travaux et de Covid, le café de l’Institut suédois, rue Payenne dans le Marais, a repris du service début septembre. Après un changement de propriétaire… et de nom.

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

L’Ukraine à la MEP : le « journal » de Boris Mikhaïlov

Kharkiv, Sloviansk, le Donbass… Réalisées depuis plus de cinquante ans en Ukraine, les photographies de Boris Mikhaïlov (né en 1937) résonnent avec l’actualité. C’est justement dans les villes et régions où Vladimir Poutine sème aujourd’hui la mort que le photographe a promené ses objectifs depuis cinquante ans.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !