Ce n’est pas parce que l’œuvre de Lyndi Sales est placée sous le signe du beau et du poétique qu’elle est mièvre, bien au contraire. Cette artiste venue d’Afrique du Sud nous attire avec de jolis appâts – couleurs, formes – pour nous raconter d’autres choses : le lien, la peur, le partage, la perte, en l’occurence celle de son père disparu dans un crash d’avion lorsqu’elle avait quatorze ans.

Artiste majeure, elle a représenté son pays à la biennale de Venise en 2011 et exposé dans des collections prestigieuses telles que the National Gallery of Art à Washington, the New York Public Library, the Library of Congress (Washington DC), the McGill University (Montréal), the Arthur and Matta Jaffe Collection (Florida Atlantic University), the Jack Ginsberg artist book collection (Afrique du Sud), Ernst & Young, ABSA (Telkom , Afrique du Sud) et Red Bull (Autriche).

Cette plasticienne, qui utilise le dessin, la broderie, le tissage, le collage, semble ne pas connaître de limites dans son travail d’introspection nourri d’angoisses existentielles.

Dans cette exposition intitulée “Un jour j’ai trouvé un papillon arc-en-ciel” qu’elle donne dans la Galerie Marie Lund, Lyndi Sales navigue dans ses cauchemars en créant des tapisseries lumineuses, quand elle s’interroge sur le thème du lien, elle magnifie une image scientifique de l’ocytocine, l’hormone qui rend heureux, en un mandala pixelisé.

Et quand elle veut nous dire la triste réalité des démunis qui tentent de grappiller un peu d’or dans les mines abandonnées près de Johannesburg, elle brosse simplement, à l’encre bleue, une composition qui évoque à la fois un paysage et un oiseau déployant ses ailes.

Lyndi Sales
Galerie Maria Lund

48, rue de Turenne 75003 Paris
Du mardi au samedi de 12 à 19h
Tel : O1 42 76 00 33

Jusqu’au 29 mars 2019

 

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Anaïs Costet

22.02.19

LES DERNIÈRES EXPOS À NE PAS MANQUER

Alunissage réussi à la galerie David Guiraud

Le 50e anniversaire du premier pas de l’homme sur la lune, le 21 juillet 1969, méritait bien une expo. Celle de la galerie David Guiraud, entièrement composée d’images originales, vaut le détour. Les tirages Kodak d’époque, estampillés Nasa, retracent en effet les...

Édouard Boubat, photographe majeur et méconnu

Il ne faut pas confondre Booba (le rappeur bagarreur qui défraye la chronique) et Boubat. C’est du second, Édouard Boubat, qu’il s’agit ici. Artiste majeur mais méconnu, ce photographe né en 1923 et mort en 1999 fait l’objet d’une exposition à la galerie Agathe...

À la galerie Rastoll, on découvre de nouveaux talents

Peut-on être à la fois artiste et collectionneur d’art ? Oui, si l’on en juge par la trajectoire de François Rastoll, peintre abstrait, photographe passionné par les paysages et les tirages argentiques et éditeur d’un magazine arty mais aussi galériste aux choix...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Les p’tits bijoux de l’Atelier Piou Piou

C’est une boutique de poche pas plus grande qu’une boite à bijoux, ce qui est d’une logique implacable : l’Atelier Piou Piou propose en effet des bijoux fantaisie, jolis et délicats, fabriqués sur place. D’un hobby, la création de bijoux, Xiaoquin et son mari Cyril...

Le look de Apple Chang

APPLE CHANGBassiste du groupe prairie wwww Lorsque nous avons croisé Apple Chang nous ne savions pas encore qu'elle était musicienne. Mais très vite nous avons appris que, le soir même, cette guitariste taïwanaise se produirait à Paris, du coté de Bastille, avec...

Eric Garandeau déroule son Tapis rouge dans le Marais

Auteur d’un premier roman désopilant, Tapis Rouge (Albin Michel), qui est un croisement entre OSS 117 et L’homme de Rio, qui aurait pour cadre le Festival de Cannes et l’Asie centrale, le très créatif Eric Garandeau n’est pas seulement un écrivain prometteur. A la...

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Pin It on Pinterest

Share This