Ce n’est pas parce que l’œuvre de Lyndi Sales est placée sous le signe du beau et du poétique qu’elle est mièvre, bien au contraire. Cette artiste venue d’Afrique du Sud nous attire avec de jolis appâts – couleurs, formes – pour nous raconter d’autres choses : le lien, la peur, le partage, la perte, en l’occurence celle de son père disparu dans un crash d’avion lorsqu’elle avait quatorze ans.

Artiste majeure, elle a représenté son pays à la biennale de Venise en 2011 et exposé dans des collections prestigieuses telles que the National Gallery of Art à Washington, the New York Public Library, the Library of Congress (Washington DC), the McGill University (Montréal), the Arthur and Matta Jaffe Collection (Florida Atlantic University), the Jack Ginsberg artist book collection (Afrique du Sud), Ernst & Young, ABSA (Telkom , Afrique du Sud) et Red Bull (Autriche).

Cette plasticienne, qui utilise le dessin, la broderie, le tissage, le collage, semble ne pas connaître de limites dans son travail d’introspection nourri d’angoisses existentielles.

Dans cette exposition intitulée « Un jour j’ai trouvé un papillon arc-en-ciel » qu’elle donne dans la Galerie Marie Lund, Lyndi Sales navigue dans ses cauchemars en créant des tapisseries lumineuses, quand elle s’interroge sur le thème du lien, elle magnifie une image scientifique de l’ocytocine, l’hormone qui rend heureux, en un mandala pixelisé.

Et quand elle veut nous dire la triste réalité des démunis qui tentent de grappiller un peu d’or dans les mines abandonnées près de Johannesburg, elle brosse simplement, à l’encre bleue, une composition qui évoque à la fois un paysage et un oiseau déployant ses ailes.

Lyndi Sales
Galerie Maria Lund

48, rue de Turenne 75003 Paris
Du mardi au samedi de 12 à 19h
Tel : O1 42 76 00 33

Jusqu’au 29 mars 2019

 

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Anaïs Costet

22.02.19

LES EXPOS DU MOMENT À VOIR ABSOLUMENT

Adolfo Kaminsky : les rues de Paris en 1950

Adolfo Kaminsky : les rues de Paris en 1950

Résistant et faussaire. L’incroyable destin d’Adolfo Kaminsky et connu depuis que sa fille Sarah, l’a révélé au monde à travers un livre passionnant en 2009, Adolfo Kaminsky, une vie de faussaire (chez Calmann-Lévy). Né en 1925 en Argentine dans une famille juive, ce dernier grandit en Normandie, se passionne…

Derniers jours : Depardon a Glasgow

Derniers jours : Depardon a Glasgow

Il ne reste que quelques jours pour admirer les images de Raymon Depardon prises à Glasgow, en Ecosse, en 1980, et accrochées à la galerie RX dans le Marais à Paris, jusqu’au dimanche 16 janvier. En 1980, le photographe français réalise une commande pour le Sunday Times sur la capitale écossaise.

Jean Dewasne, le « coloriste » de Beaubourg

Jean Dewasne, le « coloriste » de Beaubourg

Tout le monde le connaît mais personne ne le sait. Car sans lui le Centre Georges-Pompidou, ne serait pas bleu, vert et rouge ! L’anecdote vaut le détour : en 1970, Jean Dewasne, qui habite le Marais, rend visite aux architectes Renzo Piano et Richard Rogers, installés boulevard Sébastopol, à Paris.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Notre-Dame 3 ans après

Notre-Dame 3 ans après

Nous recevons dans Mood(ern) Romain Gubert, grand reporter au journal Le Point et auteur de « La nuit de Notre-Dame : Par ceux qui l’ont sauvée » un livre écrit à partir des nombreux témoignages de la Brigade de Sapeurs-pompiers de Paris recueilli très vite après l’incendie. Il va nous parler presque 3 ans après ce terrible incendie…

Cinéma Luminor : programme jusqu’au mardi 25 janvier

Cinéma Luminor : programme jusqu’au mardi 25 janvier

Le Luminor Hôtel de ville est unique en son genre, puisque c’est le seul cinéma du Marais. Fondé en 1912, c’est l’un des premiers cinémas muets de Paris, apprécié pour ses 700 places et son balcon. En 1960, après avoir été fermé durant la Seconde Guerre mondiale, Il rouvre ses portes…

Est-ce toujours la fête dans le Marais ?

Est-ce toujours la fête dans le Marais ?

Paris n’est plus une fête, la capitale ne danse plus, la ville lumière est comme engourdie, elle est devenue un fantôme sinistre après 22 heures. Seules quelques rares poches de résistance légales hors confinement, illégales lorsqu’un nouveau variant surgit maintiennent la nuit parisienne.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This