©101prod

Il ne reste plus que quelques jours pour découvrir l’œuvre singulière d’Alioune Diagne, un artiste sénégalais qui monte et dont la première exposition parisienne, au 80, rue de Turenne, s’achève bientôt.


Lointain disciple de Georges Seurat, Diagne se revendique comme le créateur d’un nouveau mouvement, le figuro-abstro, qui rappelle, par son style et ses couleurs, le pointillisme de son prédécesseur.

La « figuro-abstro » ? « Il s’agit de construire des images figuratives à partir d’éléments abstraits » explique l’artiste dont les œuvres, à la fois hyper réalistes et nimbées de mystère, sont remplies de signes cabalistiques, de carrés, de ronds et de formes géométriques.

Seulement visibles de près, ceux-ci fonctionnent comme une écriture automatique, entre calligraphie et langage informatique, qui composent la trame de son œuvre.

A 34 ans, le plasticien franco-sénégalais a trouvé sa propre signature artistique pour y inscrire ses thématiques de prédilection : l’enfance, l’histoire coloniale, les rues africaines. 

La carrière du chantre du figuro-abstrait semble bien partie.

“Perceptions” de Alioune Diagne 
80 rue de Turenne, 75003 Paris
Jusqu’au 29 novembre 2019

Urban Dancers – 2017
120 x 178,5 cm
La Voyageuse, 2018
198,5 x 102 cm

Texte : Katia Barillot – Instagram

20.11.19

LES DERNIÈRES EXPOS À NE PAS MANQUER

Cauchetier, l’œil de la Nouvelle Vague

Cauchetier, l’œil de la Nouvelle Vague

La Galerie de l’instant célèbre les 100 ans de Raymond Cauchetier, photographe méconnu, prolifique et pourtant incontournable de la nouvelle vague, dont la vie ressemble à un film mettant en scène un drôle de zèbre devenant photographe par hasard, après la Libération.

François Rastoll entre lune froide et flou

François Rastoll entre lune froide et flou

Montrer le brut, le primitif, l’instinct qui habitent la nature, c’est ce qu’a voulu nous donner à voir François Rastoll avec son exposition « PRÉDATEUЯ ». Poussé par la soif inextinguible des autodidactes, Rastoll chemine depuis vingt-six ans comme peintre puis photographe.

Arles à Paris, c’est aussi dans le Marais

Arles à Paris, c’est aussi dans le Marais

Privées, en raison du Covid-19, de l’une des principales manifestations d’art contemporain du secteur de la photographie (les Rencontres d’Arles) onze galeries parisiennes ont décidé de célébrer le 8e art dans leurs murs.

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Marlette Marais, bien plus que délicieux

Marlette Marais, bien plus que délicieux

Envie de booster vos défenses immunitaires sans culpabiliser ? Courez goûter la nouvelle carte gourmande du café Marlette Marais. L’histoire de Marlette en une minute chrono : deux sœurs, Margot et Scarlette, élevées au grand air de l’île de Ré aux bons produits locaux et aux recettes maison, ont commencé par créer des préparations bio…

Arnaud Beltrame : une polémique inutile, née dans le Marais

Arnaud Beltrame : une polémique inutile, née dans le Marais

Alors que la mairie de Paris a choisi de baptiser du nom d’Arnaud Beltrame l’ancienne caserne de gendarmerie des Minimes, sise rue des Minimes, à deux pas de la place des Vosges, la twittosphère, les radios périphériques et les chaînes d’info continue se sont emballées pour pas grand-chose.

Horace : Où est le mâle ?!

Horace : Où est le mâle ?!

Horace, c’est l’unique boutique parisienne où trouver tous les “Essentiels de soins pour mecs”. C’est ainsi que se définit Horace, marque de cosmétiques pour homme fondée par deux garçons dans le vent, Marc Briant-Terlet et Kim Mazzilli, lassés de ne trouver aucun produit de soin…

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

Pin It on Pinterest

Share This