Une tragédie antique. Signée Cyrano de Bergerac. Mise en scène par Daniel Mesguich. Tous les ingrédients d’une expérience de « théâtre total » sont réunis ces-jours-ci au Déjazet qui présente La mort d’Agrippine jusqu’au 20 avril. Magistral.

Pratiquement jamais mise en scène depuis sa création, cette œuvre splendide et méconnue met en scène une conspiration dirigée contre l’empereur romain Tibère (42 av. JC-37 ap. JC) où les protagonistes, nihilistes et dissimulateurs, sont animés d’un désir inouï de vengeance. Du grand théâtre classique. En alexandrins.

Mais que vient faire Cyrano de Bergerac dans tout cela ? On l’ignore souvent mais Hercule Savinien de Cyrano de Bergerac, né à Paris en 1616, fut un homme de théâtre en chair et en os avant de devenir le personnage de fiction héroïque d’Edmond Rostand. Il est l’auteur de la pièce.

Inutile, en revanche, de présenter Daniel Mesguich, acteur au cinéma, à la télévision (Napoléon, Berlioz) et sur les planches, mais également homme de théâtre avec une centaine de mises en scène à son actif. Son adaptation d’Agrippine est saisissante de beauté ; sa maitrise de la grammaire du théâtre, totale.

Épurée, la scène ressemble à un tableau de Caravage avec ses personnages en clair-obscur, drapés dans des costumes en velours rouge, cuir noir et fourrure mordorée, évoluant dans des d’inquiétants nuages de fumigènes traversés de halos lumineux.

Les comédiens (Sarah Mesguich, Sterenn Guirriec, Rebecca Stella, Joëlle Luthi, Jordane Hess et Yan Richard) servent formidablement un texte exigeant mais limpide pour nous propulser, une heure trente durant, dans le jeu de pouvoir d’une Rome hallucinée digne de Game of Thrones. Le rideau tombe et l’on ressort avec l’impression d’avoir assisté à un spectacle vivant dans l’enceinte monumentale du Théâtre Antique d’Orange.

Théâtre Dejazet
41 boulevard du Temple, 75003 Paris
Du mardi au samedi à 21h
Réservations : 01 48 65 97 90

 

Texte : Axel G. – Instagram

22.03.19

DES SPECTACLES EN VEUX-TU EN VOILÀ

Le festival OFF d’Avignon se met en scène dans le Marais

Le festival OFF d’Avignon se met en scène dans le Marais

Voilà donc le festival Off d’Avignon débarquant dans le Marais avec cinq spectacles de théâtre et de musique gratuits qui se donneront en plein air, du 26 août au 6 septembre. Le monde de la culture a tellement été impacté par la pandémie et la distanciation physique qu’il accueille avec joie toute occasion d’en grappiller quelques miettes.

Stéphane Guillon, les derniers jours au Dejazet

Stéphane Guillon, les derniers jours au Dejazet

Plus que quelques jours (jusqu’au 30 avril) pour apprécier l’un des meilleurs humoristes de France. Sur Canal+ et sur scène depuis plusieurs années, l’artiste est arrivé à pleine maturité ces deux dernières années. Les sketchs de Certifié Conforme, son dernier one man...

Bénureau nous parle des bobos

Bénureau nous parle des bobos

L’humoriste Didier Bénureau nous parle des bobos… Déjanté et (très) grinçant, le one-man-show de Didier Bénureau a pris ses quartiers au théâtre Antoine (10e arrondissement), après avoir triomphé l’automne dernier à celui du Rond-Point. Une cohorte de fans suit ce...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Les inquiétants pigeons d’Adel Abdessemed

Les inquiétants pigeons d’Adel Abdessemed

Les installations d’Adel Abdessemed laissent rarement indifférents. Celle que cette star controversée de l’art contemporain, vient de poser à Paris, dans le Marais, n’échappe pas à la règle. Ses pigeons voyageurs géants, qui sont en réalité des pigeons destructeurs, viennent de se poser…

Jazz : ça swingue au « 38 Riv »

Jazz : ça swingue au « 38 Riv »

Peu avant 20h30, une file de mélomanes patiente sur le trottoir, devant le 38 Riv’ situé comme son nom l’indique au 38, rue de Rivoli. Entre Saint-Paul et Hôtel-de-Ville, voici donc l’entrée du seul club de jazz du Marais – et l’un des rares à Paris – avec son auvent noir, ses trois caves voûtées…

« Trains », pour les grands enfants

« Trains », pour les grands enfants

Accrochés les unes aux autres comme les wagons d’un train couchettes, les six lettres de l’enseigne annoncent clairement les choses. Ici, il est question de « T-r-a-i-n-s » et rien d’autre. Plus exactement : des trains électriques miniatures, un loisir enfantin qui fleure bon la nostalgie.

WHAAAAAAAT ?!

 

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

You have Successfully Subscribed!

WHAAAAAAAT ?!

Tous vos amis vous parlent de la newsletter du Marais Mood mais vous ne l'avez pas reçue ?

Inscrivez-vous ici pour recevoir toutes les semaines des nouvelles de votre quartier préféré. ☆

Bravo ! Vous rejoignez les amis du Marais Mood !

Pin It on Pinterest

Share This