A peine sorti de l’adolescence Sergey Kononov est un artiste affirmé, dont le musée d’art moderne d’Odessa a déjà accroché une des œuvres dans ses murs.

A la galerie Lazarew, dans Le Marais, on peut voir jusqu’au 15 juillet 2016, les dernières productions de ce prodige de 21 ans, toutes réalisées entre septembre 2015 et mai 2016.

L’exposition nous plonge dans son univers qui retranscrit la rudesse de la vie des jeunes, sous pression, en Ukraine, bousculé par la guerre dans l’Est du pays.

La vie du jeune artiste est déjà bien remplie. Entre 9 et 20 ans, Sergey Kononov, né en Ukraine, suit chaque semaine des cours de peinture dans l’atelier d’un peintre d’Odessa. Il intègre le Collège d’Art de la même ville en 2009, puis l’Académie d’Etat de Génie Civil et d’Architecture en 2013 (toujours à Odessa), avant de rejoindre l’Ecole des Beaux-Arts de Paris en septembre 2015.

Chacune de ses toiles, exécutées à la peinture à l’huile et à la bombe aérosol, nous arrête. On est pénétré, comme absorbé, par la densité crue des sujets traités. A la fois violentes et bouleversantes, les œuvres montrent des hommes, des enfants, des chiens, cadrés serré, intime, sans fard, pris sur le vif mais un peu flou.

Il y a quelque chose de fort, de tourmenté, dans ces portraits où l’on perçoit une certaine parenté avec l’œuvre de Francis Bacon –même si l’artiste dit se reconnait davantage dans les grands maitres italiens. A vous de juger.

Galerie Lazarew
14 rue du Perche, 75003, Paris
Du mardi au vendredi de 14h à 19h
Le samedi de 11h à 19h
Tél. : 01 44 61 28 73

 

 

Texte : Katia Barillot
Photos : ©Anaïs Costet

LES DERNIÈRES EXPOS À NE PAS MANQUER

À la galerie Rastoll, on découvre de nouveaux talents

Peut-on être à la fois artiste et collectionneur d’art ? Oui, si l’on en juge par la trajectoire de François Rastoll, peintre abstrait, photographe passionné par les paysages et les tirages argentiques et éditeur d’un magazine arty mais aussi galériste aux choix...

Chez Lyndi Sales la beauté n’est jamais loin

Ce n’est pas parce que l’œuvre de Lyndi Sales est placée sous le signe du beau et du poétique qu’elle est mièvre, bien au contraire. Cette artiste venue d’Afrique du Sud nous attire avec de jolis appâts - couleurs, formes - pour nous raconter d'autres choses : le...

La galerie qui célèbre l’architecture

Il est rare que la Galerie d’architecture, dédiée depuis 1999 au « premier art », consacre une exposition à un projet architectural maraisien. Mais cette fois l’occasion était trop belle. Récemment livré au 79, rue des Archives par le cabinet Lobjoy-Bouvier-Boisseau -...

EN CE MOMENT SUR LE MARAIS MOOD

Marie, la mascotte de la rue Barbette

En 1980, l’INSEE recensait 30 000 concierges à Paris. Quatre décennies plus tard, ils et elles ne seraient plus que 15 000... dont Marie Ladernois. Connue comme le loup blanc dans son quartier, elle assure l’intendance d’un immeuble de dix-neuf appartements depuis...

Le théâtre Dejazet ressuscite « Game of Thrones »

Une tragédie antique. Signée Cyrano de Bergerac. Mise en scène par Daniel Mesguich. Tous les ingrédients d’une expérience de « théâtre total » sont réunis ces-jours-ci au Déjazet qui présente La mort d’Argippine jusqu’au 20 avril. Magistral. Pratiquement jamais mise...

Oultma, une cabane berbère rue du Pont-aux-Choux

On se croirait dans une cabane avec vue sur la Méditerranée, chez Oultma (ma sœur, en berbère). Dans ce salon de thé paisible, ouvert à l’été 2018, on sert une tapenade de compétition dans des assiettes en terre cuite, le tout dans une décor blanc peint à la chaux....

SUIVEZ-NOUS SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX

Pin It on Pinterest

Share This